- PUBLICITÉ -
Les communautés chinoises et québécoises invitées à festoyer ensemble

(Photo Michel Chartrand)

Les communautés chinoises et québécoises invitées à festoyer ensemble

Pour souligner le Nouvel An chinois

Le 14 février prochain marquera l’arrivée du Nouvel An chinois et le début de l’année du tigre. Pour l’occasion, un grand rassemblement, orchestré par le Festival de la culture chinoise de Montréal (FCCM), et auquel plus de 250 personnes sont attendues, se déroulera ce samedi, 13 février, de 15 h 30 à 20 h, au Centre de loisirs communautaires Lajeunesse, situé au 7378, rue Lajeunesse, à Montréal. La danse traditionnelle québécoise et le chant traditionnel québécois tiendront l’affiche aux côtés des danses et musiques traditionnelles chinoises. «Le FCCM existe depuis 2005 dans le but exprès de promouvoir la culture chinoise», explique le secrétaire de l’association et résidant de Blainville, Simon-Pierre Lacerte.

Or, cinq ans plus tard, la volonté de faire rayonner davantage l’association au-delà de ses limites actuelles est très palpable. «Au départ, l’association visait à réunir les gens de Montréal. Puis, les communautés installées en périphérie de Montréal ont commencé à s’y greffer», commente à son tour Céline Beaudry, coordonnatrice au FCCM et maman d’une petite fille d’origine chinoise.
«Ce que nous voulons par-dessus tout, c’est établir des liens authentiques avec des gens bien réels. Ma fille grandit bien évidemment dans la culture québécoise, mais nous tenons aussi à ce qu’elle ait des contacts avec des gens chinois dans des contextes bien réels», explique cette résidante de Mirabel.

Cet engagement de Mme Beaudry et son conjoint, Daniel Simard, découle de la promesse faite au moment de l’adoption de leur fille, Lou-Anne, de ne jamais laisser mourir la culture chinoise. Selon elle, quelque 1 200 personnes d’origine chinoise vivent actuellement dans les Basses-Laurentides. Pourtant, peu semblent avoir tissé des liens entre eux. «Malgré les trames de développement qui se font sentir ici et là, peu d’écho se fait entendre dans les journaux et peu de lumière éclaire ces activités», déplore en ce sens M. Lacerte.

Une culture riche à partager

Ji Lian Jiang, la conjointe de M. Lacerte, connaît bien l’importance de partager sa culture, elle qui est arrivée au Québec en compagnie de sa famille et de son fils, il y a 6 ans. «J’ai d’abord vécu à Montréal, mais nous sommes à Blainville depuis un an et je suis très fière de vivre ici», a-t-elle mentionné. Selon elle, tout le monde peut gagner au partage des cultures chinoise et québécoise et au rapprochement des communautés. «C’est d’ailleurs ce que nous visons dans le cadre du Nouvel An chinois: mettre les deux cultures en évidence et en synergie», a conclu M. Lacerte.

Rappelons que la mission du FCCM vise à faciliter la compréhension entre les cultures du Québec, notamment celle de la majorité francophone, et la culture chinoise. À cette fin, le FCCM tente de faire connaître la culture chinoise aux autres résidants du Québec. Cette année, à l’image du tigre qui symbolise le changement et l’action, le FCCM désire modifier son approche et mettre davantage l’accent sur l’échange culturel, qui se fait bien évidemment dans les deux sens.

Pour en savoir davantage ou pour réserver votre place pour les festivités du Nouvel An, composez le 514-769-9864 ou visitez le [www.culturechinoisemtl.org].

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top