- PUBLICITÉ -
Entête - Sport en bref

Une équipe novice C disqualifiée pour non-respect d’un règlement

La situation crée un tollé

La formation des Bastions de Blainville 2, novice C, composée de joueurs âgés de 7 et 8 ans, a vu sa saison se terminer abruptement, le week-end dernier. Après leur victoire de 5-3, qui leur permettait d’accéder aux demi-finales, les entraîneurs ont été prévenus que l’équipe était disqualifiée parce qu’ils avaient omis de retirer un absent de la liste des joueurs.

La formation des Bastions de Blainville 2, novice C, composée de joueurs âgés de 7 et 8 ans, a vu sa saison se terminer abruptement, le week-end dernier. Après leur victoire de 5-3, qui leur permettait d’accéder aux demi-finales, les entraîneurs ont été prévenus que l’équipe était disqualifiée parce qu’ils avaient omis de retirer un absent de la liste des joueurs.

Il n’en fallait pas moins pour que l’entraîneur adjoint des Bastions, Simon Archambault, monte aux barricades pour dénoncer cette situation dans un long message publié sur sa page Facebook. Indiquant d’abord qu’il travaille à temps plein, comme les autres entraîneurs de l’équipe, et qu’il s’agit tous de leur première saison derrière un banc, il n’en revient tout simplement pas de la décision prise par Hockey Québec.

«J’ai eu mal à mon sport… mais c’est un euphémisme. J’ai eu envie de vomir!» écrit-il pour expliquer comment il s’est senti lorsque, incrédule, il a appris la nouvelle.

Il raconte ensuite que ce fut encore plus ardu d’annoncer la nouvelle à son garçon, Julien.

«Vous auriez dû voir son visage tomber. Pour un enfant de 7 ans, c’est une nouvelle qui fait l’effet d’une bombe. Et pour un parent, bien ça brise le cœur!»

Hockey Québec, avec qui nous avons communiqué, a accepté de rouvrir le dossier et d’analyser plus en profondeur la situation.

«Nous sommes en contact avec M. Archambault et regardons le dossier» , s’est contenté de répondre Patrick Marineau, directeur communication et marketing chez Hockey Québec, lundi, en soirée.

Mardi, au moment d’aller sous presse, aucune décision n’avait encore été rendue.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top