- PUBLICITÉ -
«Un rêve devenu réalité»—Carole Crevier

SourceURL:file://localhost/Users/m_brunelle/Desktop/MBstaded'athl%C3%A9tisme.doc

«Un rêve devenu réalité»—Carole Crevier

Stade d’athlétisme de Sainte-Thérèse

Carole Crevier est reliée au Club Corsaire-Chaparal depuis ses balbutiements, d’abord en tant qu’athlète, puis entraîneure et présidente, et c’est avec beaucoup d’émotion qu’elle a mis les pieds sur la future piste d’athlétisme qui sera située sur un terrain adjacent de la Polyvalente Sainte-Thérèse.

«C’est un rêve devenu réalité», a-t-elle lancé, un trémolo dans la voix. Les membres des médias ont été conviés, lundi dernier, au Stade d’athlétisme pour démontrer l’avancement des travaux. La première phase est presque terminée.

Le bâtiment, qui servira à entreposer les différents équipements a été érigé, le gazon a été posé et la piste asphaltée a été réalisée. Les aires de lancers et de sauts étant également conçues, il ne restait qu’à installer, près des aires de lancers, les cages nécessaires pour la sécurité des athlètes, entraîneurs, officiels et bénévoles.

Une fois la phase 1 terminée, il ne restera que la surface caoutchoutée à apposer sur la piste d’athlétisme pour accueillir les Championnats canadiens juniors, du 12 au 14 juillet 2013. «Nous avons fait preuve de la même détermination que les athlètes qui s’illustreront bientôt ici, a mentionné la mairesse de Sainte-Thérèse, Sylvie Surprenant. Nous avons su nous concentrer sur nos objectifs et tout mettre en oeuvre pour que la construction respecte l’échéancier serré.»

Les travaux ont débuté le 11 juillet dernier, soit un an jour pour jour avant l’arrivée des meilleurs athlètes juniors au pays. La phase 2 devrait commencer dès le mois de mai, avec l’arrivée du beau temps.

«C’est encore un excellent exemple de collaboration entre plusieurs acteurs du monde municipal, des organismes et du milieu scolaire, a souligné le maire de Blainville, ville partenaire, François Cantin. C’est une formule gagnante parce que tout le monde y trouve son compte.»

Les deux municipalités auront déboursé un total de 900 000 $ dans le projet, tandis que le gouvernement du Québec aura octroyé 1 534 670 $ dans le cadre du Programme de soutien aux installations sportives et récréatives afin que le stade voit finalement le jour.

Des ingénieurs qui parlent aux acteurs

C’est l’ingénieur Robert Asselin, directeur-adjoint à la Ville de Sainte-Thérèse, qui a géré le dossier et afin que la piste réponde aux demandes spécifiques et aux normes nationales et internationales, il a consulté des gens qui naviguent au tour de l’athlétisme depuis plusieurs années.

Robert Lavoie, actuel président du Corsaire-Chaparal, a mis l’épaule à la roue et les sprinteurs et sauteurs pourront bénéficier d’un vent favorable qui leur permettra de réaliser de grandes performances.

«À travers divers comités de travail et l’expertise du Corsaire-Chaparal, on peut vraiment dire que les partenaires institutionnel du dossier ont vraiment pris compte de nos demandes et de nos commentaires dans l’élaboration des travaux, a déclaré Carole Crevier, directrice des Championnats canadiens juniors d’athlétisme. C’est vraiment très encourageant quand on est ainsi écouté.»

Plus de temps pour le développement

Les athlètes pourront bénéficier de ce lieu d’entraînement sept mois par année, soit le temps prévu pour les entraînements extérieurs en athlétisme.

«Ça fait des années que nous espérons cette construction, a lancé Madame Crevier. En n’ayant plus à nous rendre à Montréal pour les entraînements, nous allons économiser du temps et nous pourrons mettre plus d’énergie dans le développement et le recrutement des jeunes.»

Déjà, des pourparlers pour créer un Sport-Études et des camps de jours sont en branle. Cette infrastructure tant souhaitée permettra peut-être de développer un futur Pierre Léveillé, olympien en 1984, ou une future Sonia Paquette, qui a participé aux Jeux olympiques de 1996.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top