- PUBLICITÉ -

Club de golf Mirabel

Un été de renouveau au club de golf Mirabel

Malgré tous les désavantages engendrés par la pandémie, certaines disciplines ont vu leur popularité augmenter au cours de la dernière année. Les activités intérieures étant extrêmement limitées en raison des mesures sanitaires, plusieurs ont découvert ou ont renoué avec certains sports extérieurs et l’industrie du golf a su en tirer en profit. Au club de golf Mirabel, l’été 2021 s’annonce être extrêmement chargé.

Situé à Saint-Janvier, le club de golf Mirabel est bien connu dans la région. Ouvert en 1979, le club ne cesse de se renouveler et son directeur, Eliott Alarie, est heureux de constater que le golf connaît un nouveau souffle et qu’il attire beaucoup plus de nouveaux joueurs depuis l’été dernier : « Je pense qu’avant la pandémie, il y a plusieurs terrains de golf au Québec qui étaient en difficulté. L’attrait pour le sport s’était estompé, mais le golf est devenu l’une des premières activités à pouvoir être pratiquée en 2020. Les gens ont réappris à aimer le golf. »

Selon M. Alarie, les joueurs réguliers et les membres trouvent leur bonheur les jours de semaine, tandis que la fin de semaine, ce sont les amateurs et les initiés qui prennent d’assaut les tertres de départ. Il est clair pour lui que la pandémie aura permis à plein de gens de découvrir le golf.

Son frère Félix, le surintendant du club, a aussi remarqué que l’achalandage a augmenté, certes, mais qu’il s’est aussi transformé : « Je vois beaucoup de nouveaux visages qui ne sont pas des clients réguliers. La clientèle est différente. Le terrain, par ailleurs, s’use plus rapidement cet été, parce qu’il y a plus d’achalandage », a-t-il précisé.

Une transition positive

Au printemps 2020, alors que la pandémie était encore un enjeu assez abstrait, les instances gouvernementales, comme le public, étaient assez craintives et évidemment, tout le monde se posait beaucoup de questions. C’est d’ailleurs pourquoi la dernière saison n’est pas partie sur les chapeaux de roue. Tout s’est fait de manière très graduelle admet Eliott Alarie. Toutefois, dès que l’été a commencé et que les gens se sont sentis plus à l’aise, « ç’a explosé et ça n’a jamais arrêté », a-t-il souligné.

Dès que le club a mis en vente ses promotions et ses abonnements en septembre dernier en vue de la saison 2021, les golfeurs n’ont pas hésité : « Ça s’est vendu comme des petits pains chauds et on savait que cette année ça allait être aussi fou que l’été passé », a mentionné M. Alarie.

Le directeur du club a aussi fait remarquer qu’au-delà du fait que la pandémie a favorisé les activités extérieures, l’arrivée précoce du temps chaud en avril dernier a aussi contribué à l’excellent début de saison que l’on connaît présentement. La saison actuelle a pu commencer un mois plus tôt que la précédente et deux semaines plus tôt que des années plus régulières comme 2019 et 2018.

Au 19e trou

Ce qui a fait très mal aux différents clubs de golf, c’est surtout de ne pas pouvoir ouvrir les restaurants, les bars et les terrasses. Par contre, le club de golf Mirabel commence à voir la lumière au bout du tunnel : « Évidemment, on est obligé de réduire la capacité de notre salle à manger et des terrasses d’au moins 50% pour s’accommoder aux mesures sanitaires, mais c’est toujours plein », a précisé Eliott Alarie.

D’ici la fin de la saison en cours, le plus grand souhait du club serait de pouvoir retrouver le plus de normalité possible et d’être en mesure d’organiser plusieurs événements, comme la mythique soirée des dames, mais pour Félix Alarie, l’objectif principal serait de poursuivre sur leur lancée et de continuer d’attirer de nouveaux golfeurs, des gens qui en seraient à leur première visite et qui voudraient tout simplement essayer de pratiquer ce sport revenu à la mode.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top