- PUBLICITÉ -
Entête - Sport en bref

Un Blainvillois au Michigan

Il y joue au soccer dans le circuit de la NCAA

Recruté en marge de l’événement « Ribeiron Moojen Combine », présenté cet été à Montréal et auquel ont assisté de nombreux recruteurs universitaires américains, le joueur de soccer Maxime Doutre, de Blainville, s’est taillé un poste chez les Wildcats de l’Université de Northern Michigan (NMU). Il passera donc la prochaine saison sur le circuit de la NCAA, en division deux.

Max n’en est évidemment pas à ses premières armes, lui qui a joué tout son soccer à Blainville, étant en outre maintes fois sélectionné sur l’équipe du Québec.

« J’ai commencé à jouer au soccer à trois ans, dans mon sous-sol. J’ai toujours aimé ça. J’ai commencé à 3-4 ans à jouer dans un gymnase, à Mirabel, et dès l’âge de 5 ans, je me suis inscris à Blainville. De là, j’ai monté les échelons jusqu’à joindre l’équipe semi professionnelle de réserve ».

Chez les U13, il a représenté les Laurentides aux Jeux du Québec. Par la suite, de U14 à U 17, il a joint le programme d’entraînement haute-performance.

« Si je suis rendu où je suis, c’est que j’ai travaillé. Depuis que je suis tout petit, c’est ce que je veux faire. Je veux devenir un joueur de soccer professionnel. Je sais que je dois mettre les efforts chaque jour et faire des sacrifices pour y arriver », raconte Maxime, un milieu défensif, pour expliquer ses succès.

En NCAA

Maxime Doutre a toujours su que son rêve était de gagner sa vie en jouant au soccer. Il a toutefois commencé à vraiment y croire lorsqu’il a été sélectionné pour la première fois sur l’équipe du Québec. Il avait 13 ans. Maintenant qu’il est au Michigan et qu’il évolue sur le prestigieux circuit universitaire américain, il y croit encore davantage.

« C’est depuis l’âge de 16 ans que je sais que je veux aller jouer au niveau universitaire, aux États-Unis. Aidé de la firme Sport Ambitions, j’avais donc entamé les démarches, à ce moment-là, pour trouver une université qui m’offrirait une bourse », raconte le jeune homme aujourd’hui âgé d’à peine 18 ans.

Quelques opportunités s’étaient présentées afin qu’il joigne une équipe de division un, mais la pandémie est venue chambouler ces plans. L’interdiction de voyager a joué contre lui.

« Jusqu’à juin dernier, je ne savais pas que j’allais aux États-Unis. Mais l’entraîneur de NMU m’a vu performer à l’événement Ribeiron Moojen et m’a offert une bourse. J’étais vraiment heureux ! »

Dès son arrivée à NMU, Maxime dit avoir été charmé par le campus universitaire. Il entretient une belle relation avec l’entraîneur-chef de la formation. Il n’aurait pu mieux tomber.

Il poursuit actuellement ses études afin d’intégrer le programme de sciences politiques dans un avenir rapproché. Devenir avocat, comme sa mère, pourrait aussi l’intéresser. Son plan A demeure toutefois le soccer.

« Une fois mes études terminées, la Major League Soccer (MLS) pourrait être une option », dit-il.

D’ici là, au cours des prochains mois, il s’entraînera de deux à trois fois par semaine en marge de la saison d’automne, et passera ses vendredis et dimanches à jouer un peu partout aux États-Unis.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top