- PUBLICITÉ -
20180216 Data Art 2411036 360x640

Nicolas Nadeau

Un Ambassadeur Reconnaissant Envers Sa Ville

Un ambassadeur reconnaissant envers sa ville

Nicolas Nadeau

Nicolas Nadeau est un patineur artistique de niveau international, dont l’objectif est de représenter le Canada aux Jeux olympiques de 2022. Il a été champion canadien junior en janvier 2016 et peu de temps après, il a été vice-champion junior lors des Championnats du monde disputés en Hongrie. Le natif de Boisbriand est un fier ambassadeur et adore sa ville.

Nicolas Nadeau est un patineur artistique de niveau international, dont l’objectif est de représenter le Canada aux Jeux olympiques de 2022. Il a été champion canadien junior en janvier 2016 et peu de temps après, il a été vice-champion junior lors des Championnats du monde disputés en Hongrie. Le natif de Boisbriand est un fier ambassadeur et adore sa ville.

«Mes parents ont construit leur maison à Boisbriand il y a environ une trentaine d’années. Je suis donc né et j’ai toujours vécu à Boisbriand. Je pense y rester encore longtemps. J’aime beaucoup cette ville. En tant que sportif, je pense qu’il n’y a rien de mieux que de vivre à Boisbriand» , de dire Nicolas, âgé de 20 ans.

Ce qu’il apprécie le plus de sa ville, ce sont les activités familiales. «Nous sommes, mentionne-t-il, une famille très active. Boisbriand nous permet de faire beaucoup d’activités. On peut faire, entre autres, du patin à l’intérieur et à l’extérieur, et ma mère aime jouer au volleyball.»

Son entraîneur

Pour ce qui est de ses formidables prestations sur glace, il faut dire que Nicolas Nadeau a commencé à patiner à l’âge de six ans avec le Club de patinage artistique de Boisbriand. Depuis qu’il est au secondaire au niveau scolaire, un programme sport-études lui permet de s’entraîner à l’École Excellence Rosemère. Celui qui est chargé de son développement, c’est Yvan Desjardins, un entraîneur très renommé et aussi natif de Boisbriand.

«J’ai toujours dit que mon entraîneur, c’est comme mon 2e père. Mon père fait beaucoup de route pour son travail. Je peux presque dire que j’ai passé plus de temps avec Yvan que mon père depuis mon enfance. Je passe au moins 15 heures par semaine avec lui. Il y a même des choses que je peux plus facilement dire à mon entraîneur qu’à mes parents. J’ai un beau lien de complicité avec Yvan.»

Olympiques de 2022

Ses titres de champion canadien junior et de vice-champion junior au début de 2016 font de lui un sérieux candidat comme représentant senior au cours des prochaines années. L’an dernier, aux championnats nationaux, il a même terminé au 4e rang à sa première année chez les seniors. Son objectif est d’être aux Jeux olympiques de 2022.

Il doit donc travailler son patinage pendant encore quatre ans et il n’appelle pas cela des sacrifices à faire. «C’est ma mère qui fait des sacrifices et consacre ses gains en argent pour moi. De mon côté, je fais des choix. Le patin, c’est ma passion. C’est moi qui décide de m’entraîner. C’est moi qui décide d’aller me coucher plus tôt pendant que mes amis font la fête.»

Chaque année, il participe au spectacle de fin d’année du Club de patinage artistique de Boisbriand. «Je suis invité dans plusieurs clubs et je me fais un devoir de réserver la date pour le spectacle à Boisbriand. C’est ma façon de remettre à ma ville.»

Quand Nicolas en sent le besoin, il peut toujours compter sur la Ville de Boisbriand. «Je peux contacter ma ville pour avoir des heures de glace supplémentaires à l’aréna de Boisbriand. Non seulement on me dit oui, mais en plus ces heures sont gratuites. Ces heures d’entraînement supplémentaires sont probablement les plus importantes pour peaufiner mes performances. Je leur en suis très reconnaissant» , termine-t-il.

 

Array
- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top