- PUBLICITÉ -

(Photo Instagram Amélie Kretz (@jpelitetri)) La triathlète Amélie Kretz, 27 ans, de Blainville.

Triathlon: Amélie Kretz a la ligne de départ en vue

Afin de se qualifier pour ses deuxièmes Jeux olympiques, la triathlète Amélie Kretz poursuit sa préparation à Tucson, en Arizona. L’annonce de la reprise du processus de qualification olympique la semaine dernière est arrivée comme une bonne nouvelle et elle doit maintenant se préparer pour un véritable blitz de compétitions.

La fédération internationale a indiqué que les athlètes peuvent amasser des points dans le cadre de six événements d’ici le 21 juin. Kretz participera ainsi à une première Coupe du monde en plus d’un an à Osaka, au Japon, les 8 et 9 mai.

«J’ai toujours eu ça en tête et je n’avais juste pas de date exacte. Mon plan reste le même. Je voulais arriver prête à la première semaine de mai et c’est ce que je vais faire, a-t-elle assuré en entrevue avec Sportcom. En ce moment, j’essaie d’être patiente à l’entraînement. Il ne faut pas trop en faire trop tôt.»

Les courses se tiendront une semaine après l’autre et s’il n’est pas possible qu’elle se présente à toutes, l’athlète de Blainville croit pouvoir participer à quatre d’entre elles.

Amélie Kretz, 27 ans, occupe le 87e rang du classement mondial et devra grimper les échelons pour être sélectionnée parmi les 55 athlètes féminines qui participeront à l’épreuve individuelle olympique. Un pays ne peut avoir plus de deux représentantes, trois si elles font partie du top-30 mondial. L’Ontarienne Joanna Brown est la meilleure Canadienne et est classée 22e.

Passer par Montréal

De toute sa carrière internationale, Amélie Kretz n’a jamais participé à une étape des Séries mondiales à Montréal devant ses proches, mais cela pourrait changer cet été. De plus, le prochain événement de sport olympique d’envergure présenté dans la métropole pourrait bien être celui-ci.

Même si les Jeux olympiques représentent le principal objectif et que le processus pour y accéder sera demandant, l’étape de Montréal serait un arrêt spécial pour Kretz.

«Je ne suis pas certaine de vouloir faire une course après les Jeux, mais vu que c’est à la maison avec ma famille et mes amis, ce serait beaucoup plus facile de me motiver. Surtout que c’est une grosse course dans notre cour. Ce serait difficile de refuser. Si j’ai la chance, je vais faire le voyage», a-t-elle souligné.

Et bien que l’étape montréalaise des séries mondiales de triathlon soit maintenant prévue du 13 au 15 août (soit deux semaines après la dernière épreuve olympique), elle assure qu’il serait possible de participer aux deux événements advenant un assouplissement des mesures sanitaires pour les Canadiens qui rentrent au pays.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top