- PUBLICITÉ -
Sept policiers d’ici y seront

(Photo Michel Chartrand)

Sept policiers d’ici y seront

Sécurité aux Jeux olympiques

Les Jeux olympiques de Vancouver approchent à grands pas, alors que nous sommes à 20 jours de la cérémonie d’ouverture. Qui dit évènement international, dit sécurité. Et pour répondre à la demande, la GRC a fait appel aux différents corps policiers du Québec, une invitation qu’ont acceptée sept policiers de la MRC de Thérèse-De Blainville.

C’est ainsi que cinq policiers de la Régie intermunicipale de police de Thérèse-De Blainville, Sylvain Desjean, Antony Baillargeon, Michel Décarie, Stéphane Riccio et Patrick Palardy seront à Vancouver pour assurer une présence policière francophone. Frédéric Savoie et Alexis Robitaille, du Service de police de Blainville, feront également le voyage.
«C’est vraiment l’expérience à vivre qui nous a poussés à poser notre candidature», a expliqué Frédéric Savoie. «On s’est embarqué dans quelque chose qui nous est totalement inconnu. On s’en va vraiment là-bas pour l’aventure», a ajouté Sylvain Desjean.

La sécurité est un aspect très important de l’organisation des Jeux olympiques, pour ne pas dire que c’est un point chaud. Déjà sur place, 6 000 policiers de la GRC (Gendarmerie royale du Canada) recevront le support de 1 675 policiers provenant de 118 corps policiers, de 4 000 personnes des Forces de l’armée canadienne et 5 000 personnes du secteur de la sécurité privée.
À la Régie intermunicipale de police Thérèse-De Blainville, 22 policiers avaient posé leur candidature, alors qu’à Blainville, huit agents avaient manifesté leur intérêt.
«Il y a eu des examens d’anglais pour tous les candidats, parce que la maîtrise de l’anglais, tant écrit que parlé, était importante, a expliqué Desjean. Ensuite, c’était une question d’ancienneté.»

C’est un séjour de près de 40 jours qui attend ces policiers. Déjà, le samedi 23 janvier, trois d’entre eux s’envoleront pour la Colombie-Britannique. «Ils veulent qu’on se familiarise avec l’environnement, étant donné que les sites de compétitions sont déjà prêts et que certains athlètes arrivent plus tôt», a indiqué Alexis Robitaille.

C’est à raison de 72 heures de travail et une journée de congé par semaine que les policiers vivront leur expérience olympique. Ils seront hébergés sur un bateau de croisière, étant donné que les chambres d’hôtel se font plutôt rares.

Robitaille, Savoie et Riccio seront assignés au Village olympique, tandis que Desjean et Palardy seront au centre des médias. Décarie fera la sécurité au match de curling pendant qu’Antony Baillargeon sera à l’anneau de glace pour le patinage de vitesse longue piste.

Si, dans leur journée de congé, ils veulent assister à des compétitions, ils doivent se procurer un billet comme tout bon citoyen. Afin d’assurer une présence francophone dans chaque groupe de travail, les Québécois ne devraient pas travailler ensemble; ils pourront donc fraterniser avec les policiers des autres provinces.

Un dernier contrat avant la retraite

Pour Michel Décarie, les Jeux olympiques auront pour lui une saveur bien particulière. C’est qu’après un peu plus de 40 ans de carrière, il prendra sa retraite sous peu. En fait, son dernier jour de travail est prévu pour le 30 mars. «Je trouvais que c’était une belle façon de clore ma carrière dans la police. C’est une opportunité qui n’arrive pas souvent et il fallait en profiter», a-t-il indiqué.

P4 MC_2010_01_21_14356

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top