- PUBLICITÉ -

Rémi Aubin en pleine action.

Rémi Aubin prend la route des Championnats canadiens

Après une saison extraordinaire en trampoline

Triple médaillé aux Jeux du Canada en mars dernier (en individuel, en équipe et en synchro), le Rosemèrois Rémi Aubin, 17 ans, ne cesse d’impressionner depuis qu’il s’est mis au trampoline, en 2013. Son prochain objectif: les Championnats du monde juniors qui auront lieu au Japon, en novembre.

S’il espère se qualifier pour cet événement d’envergure qui lui ouvrirait toutes grandes les portes de la scène internationale, Rémi doit d’abord bien faire aux Championnats canadiens de trampoline qui se dérouleront le week-end prochain, à Oshawa, en Ontario.

- Publicité -

«Je suis confiant de bien faire lors de cette compétition et d’accéder au podium. Lors des qualifications, je vise un score comparable à l’international. En finale, je vais tenter de battre mon meilleur résultat à vie, que j’ai fait aux Jeux du Canada, soit 56,9» , d’indiquer celui qui, pour atteindre son objectif, multiplie les entraînements depuis quelques semaines, se rendant au gymnase cinq jours par semaine pour peaufiner ses routines. C’est que le jeune homme est conscient de l’importance que revêt sa prochaine compétition pour la suite de sa carrière, surtout qu’il passera chez les seniors, dès l’an prochain.

«Pour se qualifier pour les Championnats du monde juniors, nous avons deux compétitions pour accumuler des points. Je n’ai pu participer à la première, en avril, car j’étais blessé. Les Championnats canadiens sont donc ma seule compétition pour me qualifier. C’est pourquoi je vise rien de moins que la médaille d’or!»

Du plongeon au trampoline

C’est d’abord en s’initiant au plongeon, dès l’âge de 5 ans, au sein du club CAMO, que Rémi Aubin a découvert que son corps pouvait faire preuve de souplesse. Toutefois, du haut de tremplins qui s’élèvent jusqu’à 10 mètres de hauteur, le gaillard de 5’11”, 150 livres, ne se sentait pas à sa place.

«Juste avant les Jeux du Québec, raconte Rémi, je me suis cogné les pieds sur le tremplin à deux reprises dans la même journée, ce qui a engendré chez moi de la peur à chaque fois que je remontais sur un tremplin. J’avais toujours aimé la trampoline. J’ai donc fait des essais pour faire le club compétitif à Acrosport Barani, en octobre 2013, et je l’ai fait.»

Les choses ont bien changé depuis. Maintenant, lorsque Rémi a des craintes, il les combat et passe par-dessus. Ses trois médailles aux Jeux du Canada en mars peuvent en témoigner.

Rémi Aubin rêve maintenant aux Jeux olympiques, «le dream goal» , comme il qualifie cette opportunité. D’ici là, il tentera de se tailler une place sur l’équipe canadienne senior, l’an prochain.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours Voyagez avec Vasco
- PUBLICITÉ -
Top