- PUBLICITÉ -
On sera fixé le 7 avril

(Photo Michel Chartrand)

On sera fixé le 7 avril

Jeux du Canada, été 2013

C’est le 7 avril que la ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, Michèle Courchesne, dévoilera qui, de Blainville, Sept-Îles ou Sherbrooke, recevra les Jeux du Canada, été 2013.

Un mois jour pour jour après que la flamme de la 44e Finale des Jeux du Québec se soit éteinte au Parc équestre de Blainville, Blainville saura si elle accueillera une autre flamme, en provenance, cette fois, de l’Île du Prince-Édouard, lieu où se dérouleront les Jeux du Canada, cet été.

Il s’agit donc d’une belle opportunité pour la région de poursuivre le travail entamé il y a deux semaines, puisque cette occasion ne se représentera pas avant presque 30 ans. «Notre région est sous-équipée. Il fallait donc tenter le coup, même si nous étions encore dans les Jeux du Québec, parce que les Jeux doivent faire le tour du pays avant de revenir», de lancer le maire de Blainville, François Cantin.

Comme le souvenir des Jeux du Québec est encore tout frais à la mémoire des gens de Sport Québec et aussi du gouvernement, le comité de candidature de Blainville 2013 espère que cette réussite pourra aller chercher quelques voix de plus. «Avec la 44e Finale, nous avons démontré qu’on était en mesure de mobiliser 4 000 bénévoles. Il en faut 5 000 pour les Jeux du Canada», d’ajouter M. Cantin.

Le directeur général de Loisirs Laurentides, Jacques Auger, parle de son côté des innovations que Blainville–Rosemère–Sainte-Thérèse ont amenées pour un évènement de cette envergure, c’est-à-dire l’écoresponsabilité et la webdiffusion. «Ces deux points ont été une réussite sur toute la ligne, a indiqué Auger. On a pu voir les Jeux du Québec de partout dans le monde, même en Nouvelle-Zélande. C’est sûr que c’est un plus pour notre candidature.»

La confiance règne

Le clan blainvillois est très optimiste à l’idée de se voir confier la réalisation des Jeux du Canada, été 2013. «Nous sommes sûrs d’avoir remis le meilleur dossier de candidature possible. Maintenant on doit attendre le résultat», de mentionner le maire de Blainville.
«Nous avons respecté à la lettre les exigences du Conseil des Jeux du Canada, poursuit-il. Dans le cahier de charge, on parle de legs à la société (d’énormes besoins ont été démontrés), on demande une proximité des lieux de compétitions (tout se fera dans la région), on demande également d’être à moins d’une heure d’un aéroport international (a-t-on besoin d’explications?)».

La Cité laurentienne, le point fort

Le maire de Blainville et président de la mise en candidature de Blainville 2013, compte beaucoup sur la Cité laurentienne pour aller chercher des voix qui lui permettront d’accueillir les Jeux.
«Notre vision de la Cité laurentienne a fait écarquiller bien des yeux, de conclure François Cantin. Le fait que beaucoup de disciplines soient centralisées au même endroit et qu’un genre de village des athlètes y soit conçu est l’un de nos points forts.»

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top