- PUBLICITÉ -
Mission accomplie

La tuque bien fixée sur le sommet du masque… ça vous rappelle quelque chose?

Mission accomplie

Classique hivernale à Blainville

Faire vivre une expérience exceptionnelle aux jeunes hockeyeurs, organiser une activité festive et familiale, combler un besoin de se rassembler à l'extérieur en plein hiver... Le comité organisateur de la Classique hivernale de hockey, tenue à Blainville le 6 janvier dernier, cherchait à répondre à ces objectifs. Aujourd'hui, les femmes et les hommes impliqués dans cet évènement peuvent lancer un retentissant: «Mission accomplie!»

Il importe de préciser qu’il n’y a pas que des adultes qui ont mis la main à la pâte. Rappelons que ce sont deux joueurs de niveau bantam BB qui ont conçu les deux logos officiels de cette première Classique. Mais l’idée même de tenir une Classique hivernale de hockey à Blainville émane d’un membre des Bastions, le jeune Laurent René-Valois.

Son père, l’entraîneur Stéphane René, n’en est d’ailleurs pas peu fier. «La LNH venait d’annoncer l’annulation de sa Classique hivernale, en raison du lock-out. C’est là que Laurent m’a suggéré que nous tenions ici, à Blainville, notre propre match de hockey sur une patinoire extérieure», nous a expliqué M. René.

Le reste s’est enchaîné très rapidement. «Nous en avons discuté entre entraîneurs, ainsi qu’avec nos équipes, nous avons ensuite soumis l’idée à l’Association du hockey mineur de Blainville et c’est là que tout s’est mis en marche», a poursuivi l’entraîneur.

Il faut dire que les délais étaient courts. L’idée est venue à peine deux mois avant la date arrêtée pour la tenue de l’évènement. Elle a donc germé rapidement.

Outre les réservations de l’équipement nécessaire, il a fallu organiser les communications et la promotion. Histoire de joindre l’utile à l’agréable, il a aussi été décidé que l’activité servirait de collecte de fonds pour un organisme sans but lucratif. Le choix s’est arrêté sur la Fondation Lucie-Bruneau, son directeur général, Alexandre Poce, étant ambassadeur des Bastions.

Le concours de dessin visant à retenir les logos s’est échelonné sur une minuscule période de sept jours, avant que les illustrations gagnantes ne soient acheminées à différents concepteurs pour être apposées sur les tuques, les chandails des joueurs, ainsi que sur les affiches promotionnelles. Chaque joueur s’est d’ailleurs vu offrir son chandail en cadeau. Il conservera donc un précieux souvenir de sa participation à la Classique.

Quant à la vente des tuques, très populaires si on en juge à la quantité de spectateurs qui les arboraient fièrement, un bilan sera présenté sous peu. Elle devrait cependant permettre la remise d’un don à la Fondation Lucie-Bruneau dans les prochaines semaines.

Avec le succès qu’a connu cette première édition, combiné à l’expérience acquise par les organisateurs, ainsi qu’à la grande collaboration de la Ville de Blainville et de l’Association de hockey mineur locale, il est clair dans l’esprit des protagonistes que cette Classique est en voie de devenir un évènement familial annuel.

Ah oui, j’allais presque oublier… les Bleus ont défait les Blancs par la marque de 5 à 2!

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Concours

Concours IGA Daigle
- PUBLICITÉ -
Top