- PUBLICITÉ -
Les Sabercats couronnés pour une troisième année

Alex DaSilva a porté le ballon dans les dernières minutes de la finale pour procurer un gain de 30‑23 aux Sabercats

Les Sabercats couronnés pour une troisième année

Coupe Pistilli

Après avoir accédé aux séries grâce à une victoire lors du dernier match de la saison, les Sabercats de Laurentides-Lanaudière ont battu les champions de la saison régulière (Riders d’Ottawa) en demi-finale, pour ensuite vaincre les Bruizers de la Rive‑Sud, par le pointage de 30‑23, en finale, et ainsi remporter une troisième coupe Pistilli consécutive.

La formation de Laurentides-Lanaudière a déménagé dans la région il y a trois ans, elle qui était établie à Laval depuis plusieurs années. Depuis leur arrivée dans l’Association de football Laurentides-Lanaudières, les Sabercats ont été couronnés champions des séries éliminatoires à chacune de ses saisons.

Cette année, les hommes de Patrick Lesage ont dû mettre de côté une saison difficile et franchir les étapes une par une pour finalement soulever de nouveau la coupe.

En saison, ils ont conclu avec un dossier de trois gains et cinq revers. Ils ont donc dû se rendre à Ottawa pour affronter les Riders en demi-finale. Ils ont signé un gain de 27‑26 pour accéder à la finale et ainsi avoir l’occasion de défendre leur titre.

Pour cette finale, ils ont dû se déplacer à Saint-Hubert pour y affronter les Bruizers, qui étaient invaincus cette saison sur leur terrain.

Un départ canon

Les Sabercats ont démontré dès le début qu’ils ne s’étaient pas rendus sur la Rive‑Sud pour jouer les touristes. Simon Girard a effectué un retour de 28 verges sur le botté d’envoi. Alex DaSilva a ensuite complété trois de ses quatre passes pour des gains de 48 verges. Les Bruizers ont écopé une pénalité de 15 verges pour placer les Laurentiens à la porte des buts.

Simon Girard a complété le travail grâce à une course de deux verges. La transformation a été réussie, c’était donc 7‑0 pour les Sabercats. Incapables de réussir un premier essai à leurs deux premières possessions de ballon, les Bruizers ont dû attendre à la onzième minute pour s’inscrire au tableau, grâce à un placement.

Les locaux n’ont pu ensuite profiter d’un revirement pour réduire l’écart ou prendre les devants puisqu’ils ont raté le placement. Le pointage était de 7‑3 en faveur des Sabercats.

Au deuxième quart, les deux formations ont effectué un placement pour porter la marque 10‑6. Avec cinq minutes à faire à la première demie, Joël Beaulieu a bloqué un botté de dégagement. Charles Bourassa a récupéré le ballon pour le ramener jusqu’à la ligne de huit des Bruizers.

DaSilva a alors rejoint Dominique Romeus dans la zone des buts pour inscrire le deuxième touché du match et porter la marque à 17‑6.

Le botté d’envoi de Simon Robitaille s’est retrouvé dans la zone des buts des Bruizers qui n’ont pas été en mesure d’en sortir, ce qui a donné un simple aux Laurentiens. C’était maintenant 18‑6.

Cette avance a fondu comme neige au soleil dans les deux dernières minutes de la demie, alors que les Bruizers ont répliqué avec 10 points, grâce à de longs gains au sol. Les Sabercats détenaient tout de même une avance de deux points à la mi‑temps.

La défensive des Sabercats a fait les ajustements nécessaires pour contrer le jeu au sol des Bruizers, en début de troisième quart. Les Bruizers ont réussi un placement à la fin du troisième quart, pour prendre les devants pour la première fois du match, au compte de 19‑18. Ils ont immédiatement ajouté un point sur un placement raté.

Au quatrième quart, Simon Robitaille a redonné les devants aux Sabercats grâce à son deuxième placement du match. C’était 21‑20, avant que les Sabercats ajoutent un point sur un dégagement dans la zone des buts.

Les Bruizers ont répliqué avec un autre placement pour prendre les devants 23‑22.

Les Sabercats ont alors effectué un jeu-surprise, avec sept minutes à faire, pour refouler les Bruizers dans le fond de leur territoire. Lors d’un troisième essai, au lieu d’envoyer son botteur, l’entraîneur a demandé à son quart de botter pour profiter du fait qu’il n’y aurait pas de retourneur.

À 3 minutes 20 secondes de la fin du match, les Sabercats ont pris possession du ballon à leur ligne de 35, tirant alors de l’arrière par un point. L’offensive a progressé jusqu’à la ligne de six, puis DaSilva a complété avec une course de six verges. Un converti de points donnait une avance de deux points aux Laurentiens, qui n’ont plus jamais regardé derrière.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top