- PUBLICITÉ -
Les Nordiques rêvent toujours aux séries

Samuel Mésidor a effectué quelques retours de botté

Les Nordiques rêvent toujours aux séries

Football collégial division 2

L’équipe de football du collège Lionel-Groulx peut toujours espérer participer aux séries éliminatoires en raison de sa victoire de 42-7, samedi soir, aux dépens des Vulkins de Victoriaville.

Pour ce faire, les Nordiques devront vaincre, samedi, les Géants de St-Jean-sur-Richelieu. Cette rencontre sera présentée au parc Ducharme de Sainte-Thérèse à compter de 19h.

Advenant une défaite, ils devront compter sur l’aide des autres formations. Une victoire des Diablos de Trois-Rivières contre les Volontaires de Sherbrooke enverrait les Nordiques en vacances.

Si les Diablos s’inclinent, les regards se tourneront vers Victoriaville alors que les Voltigeurs de Drummondville tenteront de remporter la bataille du Centre du Québec.

Si Drummondville l’emporte et que Trois-Rivières et Sainte-Thérèse s’inclinent, il y aurait trois équipes à égalité et les Diablos de Trois-Rivières possèdent le meilleur différentiel dans les rencontres mettant en vedette les trois équipes et ils accèderaient aux séries.

Les Nordiques ont toujours leur sort entre leurs mains puisque s’ils gagnent contre St-Jean, on pourra jeter à la poubelle tous les autres calculs et supposition et ils joueront au moins un match de séries éliminatoires contre l’équipe qui finira au deuxième rang, soit le Phénix d’André-Grasset.

Départ canon

C’est avec le feu dans les yeux que les protégés d’Éric Marier ont sauté sur le terrain, samedi dernier. Il n’y avait qu’une équipe sur le terrain lors du premier quart.

Les Vulkins ont réussi un premier jeu dès le départ, mais Gabriel Marois a stoppé la petite percée victoriavilloise en interceptant une passe.

Sur la possession suivante, le spectacle Donavan Martel a débuté. Le numéro 2 des Nordiques a porté le ballon sur une distance de 43 verges pour marquer le premier touché du match.

Xavier Émard, porteur de ballon numéro 1 des Nordiques, s’est blessé sur cette séquence en bloquant un adversaire pour ouvrir le chemin à Martel et sa saison est terminée.

Lors de la possession suivante, Félix Garand-Gauthier a effectué une passe à Martel qui a ensuite pris ses jambes à son cou pour marquer un autre majeur grâce à cette passe de 57 verges.

Avant que le premier quart prenne fin, Garand-Gauthier a rejoint Matthieu Gagnon, qui a réalisé une superbe attrapée. Gagnon a traversé la ligne des buts 45 verges plus loin.

Ce fut silence radio pour les deux quarts suivants, si bien que les Vulkins ont continué d’y croire.

Au début du quatrième quart, ils ont profité de l’indiscipline des Nordiques pour réussir leur seul majeur de la rencontre. Ils ont progressé de 30 verges en raison de deux pénalités de rudesse une fois que le jeu était terminé.

Dès le botté d’après touché, les Nordiques leurs ont coupé les jambes. Donavan Martel a capté le ballon dans sa zone des buts et traverser le terrain d’un bout à l’autre pour réussir son troisième touché du match grâce à cette course de 110 verges.

Pour ce faire, il a profité de plusieurs bons blocs de ses coéquipiers, mais le décisif est venu de la part de Samuel Mésidor qui a littéralement cloué au sol le dernier joueur qui restait entre Martel et la ligne des buts.

«Sammy, c’est un guerrier, il est toujours impliqué dans les jeux sur les unités spéciales, a mentionné Marier. C’est d’ailleurs le capitaine des unités spéciales.

Dès la possession suivante des Vulkins, Max-Olivier Audet a brisé tous les espoirs de Victoriaville en interceptant une passe. «On en parle pas souvent, mais Max-Olivier est rendu à trois interceptions cette saison, lui qui est un joueur recrue. Les équipes adverses évitent d’aller de son côté», a souligné Marier.

Le reste du match a permis à Marier d’utiliser tout son monde ce qui n’a pas empêché les Nordiques d’ajouter des points au tableau.

Antoine Lalonde a porté le ballon sur une distance de 54 verges avant d’être stoppé à deux verges des buts, mais il a ensuite complété le travail grâce à une course de deux verges.

Quelques instants plus tard, Philippe-Olivier Fournier-Léonard a vécu son moment de gloire grâce à une course de 66 verges qui lui a permis de réussir un touché.

En défensive, Maxime Tessier a connu un fort match avec trois sacs du quart et un plaqué pour des pertes. À l’attaque, Benjamin Gingras a gagné 126 verges sols en 17 courses.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top