- PUBLICITÉ -
Les Nordiques perdent au jeu du yo-yo

(Photo Yves Déry)

Les Nordiques perdent au jeu du yo-yo

Basketball collégial

L’équipe de basketball féminine du collège Lionel-Groulx disputait la victoire aux représentantes du Collège régional de Lanaudière, mercredi, match qu’elle a finalement perdu par la marque de 54-48.

Les protégées de Pierre Savoie avaient pourtant pris les devants, au début de la deuxième, sauf qu’elles ont stagné à 30 points pendant plus de six minutes. «C’est l’histoire de notre saison, a lancé Savoie. Nous connaissons de bonnes séquences, mais ensuite on tombe à plat.»

Les Nordiques menaient 38-34 avant d’être doublées par leurs adversaires dans le dernier droit. Un changement de règlement est probablement à l’origine de cette baisse de motivation. «Avant, les trois premières équipes se classaient pour les régionaux, mais cette année, il n’y a que deux équipes. Comme nous sommes quatrièmes, nos chances sont nulles d’atteindre le second rang, de dire l’entraîneur. Audrey Morris et Caroline Champagne qui sont mes joueuses les plus régulières depuis le début de la saison ne sont plus aussi efficaces depuis le retour du temps des Fêtes.»

Un bon début de saison

Les Nordiques ont entamé la saison avec une fiche de quatre victoires et un revers, mais la saison a pris une autre tangente à la suite d’un affrontement avec les filles du Cégep de l’Héritage, en Outaouais.

Les Térésiennes ont perdu la rencontre 61-60 contre cette formation qui occupe présentement la deuxième place. «À partir de ce moment-là, nous avons perdu quelques matchs par une petite marge de points», poursuit Savoie.

L’organisation savait que les Nordiques ne possédaient pas les outils nécessaires pour rivaliser avec le Collège du Vieux-Montréal, qui n’a pas subi de revers depuis le début de la saison. Selon l’entraîneur, le manque de joueuses de grande taille est l’une des raisons pour les quelles sa formation a connu sa part de difficultés depuis le début de la saison.
«L’an prochain, on en sera à notre première année d’un plan de reconstruction de deux ou trois ans. Deux futures joueuses de plus de 5p10 sont d’ailleurs ici, aujourd’hui (mercredi), pour voir la partie», précise l’entraîneur.

Une année de reconstruction, il va sans dire, puisque les cinq joueuses partantes de l’équipe ne seront pas de retour. Morris, Champagne, Véronic Boudrias, Sarah Bouchard et Amélie Clément ont disputé leur dernier match à domicile.

Elles ont toujours deux matchs à disputer à la saison régulière.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top