- PUBLICITÉ -
Les Nordiques largement défavorisés… et puis après?

(Photo Yves Déry)

Les Nordiques largement défavorisés… et puis après?

Hockey junior AAA

En début de semaine, la plupart des observateurs, experts et sites Internet où il est question de la Ligue de hockey junior AAA du Québec prévoyaient que le collège Champlain de Sherbrooke sortirait vainqueur de la série 4 de 7 l’opposant aux Nordiques du collège Lionel-Groulx, en quatre, peut-être cinq ou six parties. Que pense l’entraîneur-chef des Nordiques, Jean-François Sénéchal, de tout ça?

«Bah! À vrai dire, je ne me soucie pas du tout des prédictions. Tout le monde disait que les Panthères de Saint-Jérôme nous sortiraient en quatre ou cinq parties. Or, nous avons gagné en six après avoir pris l’avance 3 à 0 dans la série. Les Panthères avaient la meilleure offensive de la Ligue, en saison régulière. Maintenant, nous affrontons la meilleure défensive et le meilleur gardien de la Ligue (Alexandre Dubois) en termes de statistiques», affirme-t-il à ce propos.

Pour Jean-François Sénéchal, une bonne préparation peut permettre de neutraliser une superbe offensive ou une défensive impénétrable.
«C’est simple, je veux que les gars respectent le plan de match que j’établis en fonction de l’adversaire. Contre Saint-Jérôme, les gars m’ont écouté pendant les trois premières parties et nous avons gagné. Ils ne m’ont pas écouté lors des deux suivantes et nous nous sommes fait planter 6-1 et 11-3», soutient le stratège, qui se garde bien de divulguer ses plans de match publiquement.
«Il faut simplement trouver une façon de les battre et je vais tout faire pour y parvenir. Cependant, je suis opposé à un excellent entraîneur en la personne de Jules Vallée, l’ancien entraîneur-chef des Voltigeurs de Drummondville. Bref, Sherbrooke a bien peu de faiblesses, mais il existe toujours une faille quelque part», soutient l’entraîneur.

Besoin des 20 ans

Une chose est certaine: la plupart des vétérans joueurs de 20 ans de l’équipe ont été à la hauteur des attentes au cours des deux premières séries. Marc-André Tourigny est tout simplement phénoménal en attaque, lui qui occupe le deuxième rang des marqueurs, en séries, avec 19 points. Le gardien Guillaume Tartre est quant à lui fidèle à ses habitudes, c’est-à-dire à son meilleur lors des séries éliminatoires.

Puis, le défenseur Alexandre Gagnon, dont la carrière était compromise il n’y a pas si longtemps, a de son côté des allures de Raymond Bourque. Jean-François Sénéchal ne tarit d’ailleurs pas d’éloges à son sujet.
«Honnêtement, il est meilleur que jamais présentement. On dirait qu’il n’a jamais eu de blessure grave (lacération du poignet)», confie l’homme de hockey.

Glace olympique

Soulignons que le collège Champlain de Sherbrooke a l’opportunité d’évoluer sur une glace olympique, donc de dimension plus grande que la surface glacée normalement utilisée lors de joutes de hockey. Au fil des ans, la formation sherbrookoise recrute ainsi de rapides patineurs. Cela risque-t-il de défavoriser les Nordiques, qui devront obligatoirement remporter au moins une rencontre à l’étranger s’ils veulent espérer l’emporter?
«Je ne crois pas, parce que nous aussi, nous misons sur d’excellents patineurs. Je ne dis pas que nous sommes avantagés par la présence d’une glace olympique à Sherbrooke, mais ce n’est pas un inconvénient pour nous non plus», conclut M. Sénéchal.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top