- PUBLICITÉ -
Les études avant le hockey

(Photo Pierre Latour)

Les études avant le hockey

Hockey junior

Le défenseur du Junior de Montréal Vincent Bourgeois a entamé, cette année, des études en droits internationaux à l’Université McGill en plus d’occuper un poste de défenseur régulier au sein d’une formation de la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

Contrairement à plusieurs qui sont inscrits à l’université à distance, le Rosemèrois se rend physiquement à ses cours et fait les mêmes travaux que les autres étudiants. «C’est plus compliqué pour les travaux d’équipe, mais l’entente avec mes collègues est superbe: on se voit quand mon horaire le permet», de lancer le numéro 8 du Junior.

Vincent a quatre cours à l’université et comme il passe d’un enseignement francophone à anglophone, il a dû s’adapter, mais ça ne l’a pas empêché d’avoir une excellente note de 90 % à son premier examen. «J’ai été surpris de mes premiers résultats, mais je suis content», a-t-il indiqué. Ces résultats lui ont permis d’être nommé joueur étudiant de son équipe au mois d’octobre, des nominations qui font chaud au cœur du principal intéressé.
«Je veux vraiment montrer aux jeunes que c’est possible de faire les deux: aller à l’école et jouer dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, dit-il. Ça demande beaucoup d’arrangements, mais c’est possible. Je ne dis pas que c’est hyper facile, mais quelqu’un qui veut y mettre l’effort peut y parvenir.»

Le plus compliqué à ses yeux, c’est quand les entraîneurs changent l’horaire à la dernière minute et qu’il doit ajuster ses flûtes. Par contre, la collaboration avec les dirigeants du Junior est excellente. Même qu’il a demandé de ne pas faire le voyage en Abitibi, il y a quelques semaines, afin de mieux préparer ses examens.

L’an dernier, il était encore au collège Lionel-Groulx et il a complété avec brio son passage au collégial, ce qui lui a valu un mérite d’excellence lors de la récente remise de diplômes du Collège. C’est avec une cote R de 32,3 que Vincent Bourgeois a terminé ses études collégiales.

Une fondation à son nom

Vincent Bourgeois a le cœur sur la main et il est toujours prêt à aider son prochain. Il a mis sur pied une fondation qui offrira des bourses à des athlètes qui fréquentent l’Externat Sacré-Cœur, là où il a fait ses études secondaires.
«Ce que je trouvais dommage, quand j’allais au secondaire, c’est que l’accent est beaucoup mis sur les athlètes qui pratiquent les sports parascolaires, de dire Bourgeois. Avec cette fondation, je veux valoriser l’étudiant-athlète qui réussit à être dans l’élite, tant dans le sport que dans les études.»
«J’ai été chanceux au hockey, poursuit-il. J’ai obtenu beaucoup de bourses et, comme un petit montant d’argent fait toujours plaisir, et surtout le fait d’être reconnu par ses pairs, je me dis que si je peux donner un coup de pouce pour aider quelqu’un à travailler aussi fort à l’école qu’en entraînement, alors pourquoi pas?»

Saison de 20 ans

L’année prochaine il aura 20 ans et, comme chaque formation junior a droit à un nombre limité de joueurs de 20 ans, il ne sait donc pas ce que l’avenir lui réserve. Mais si le Junior tient à lui comme défenseur, ça lui fera plaisir de revêtir l’uniforme de nouveau.

Sinon, il n’écarte pas la possibilité de se joindre à l’équipe de l’université pour évoluer au sein du circuit universitaire canadien. «C’est sûr que je regarde les options, confirme-t-il. Je regarde également les échanges avec l’Université McGill et la possibilité d’aller passer un an en Angleterre ou en Espagne m’intéresse.»

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top