- PUBLICITÉ -
Le patineur Mathieu Célestin rêve aux Jeux olympiques

Sur cette photo, Mathieu est le 2e patineur, à partir de la gauche.

Le patineur Mathieu Célestin rêve aux Jeux olympiques

Tenu à l’écart de l’anneau de glace pendant deux ans, en 2014 et 2015, en raison d’une commotion cérébrale subie lors des championnats canadiens juniors de patinage de vitesse courte piste, le Blainvillois Mathieu Célestin est de retour en piste. À 20 ans, il espère maintenant participer aux Jeux olympiques.

En novembre dernier, lors des qualifications nationales présentées à Chicoutimi, Mathieu s’était fixé comme objectif de terminer parmi les 16 premiers patineurs sur la soixantaine présents. Il y est parvenu, terminant 11e, et a ainsi obtenu son laissez-passer pour les championnats canadiens séniors.

«Les huit mois d’entraînement et de sacrifices qui ont précédé ma participation à cet événement d’envergure ont été bénéfiques. Je suis alors revenu à Montréal avec de nouveaux objectifs et une détermination renouvelée», a indiqué le jeune homme qui avait ainsi la chance de se mesurer, du 15 au 17 janvier, à Montréal, à l’occasion de la première tranche des championnats canadiens séniors, aux champions olympiques Charles Hamelin, Charles Cournoyer et François Hamelin.

Ennuyé par une gastroentérite, Mathieu n’a toutefois eu autre choix que de déclarer forfait pour les épreuves de 500 mètres et 1 000 mètres. Il a pu prendre part à l’épreuve sur 1 500 mètres, mais n’a pas obtenu les résultats escomptés.

«Dès la première distance, j’ai commencé à sentir les premiers symptômes de la gastro», a mentionné celui qui aura la chance de se reprendre lors de la 2e tranche des championnats canadiens, en mars, à Calgary. Les 16 premiers patineurs au cumulatif de ces deux compétitions seront de la sélection olympique qui participera aux Jeux de Corée du Sud, en 2018. Les chances de Mathieu d’être de cette formation sont minces et il en est conscient.

«Il serait ambitieux de viser les Jeux de 2018, alors je dirais que ceux de 2022 sont un objectif plus réalisable pour moi».

Tout a commencé à Rosemère

La carrière de patineur de vitesse de Mathieu Célestin a débuté au début des années 2000, avec le Club de patinage de vitesse de Rosemère/Rive-Nord (CPVRRN). Il avait quatre ans. L’année précédente, pour apprivoiser la surface glacée, il avait joint le Club de patinage artistique de Blainville/Sainte-Thérèse. En 2011, il a quitté le CPVRRN pour intégrer le Centre régional canadien d’entraînement (CRCE).

«Il s’agit de la marche juste en dessous de l’équipe nationale, le groupe avec lequel s’entraînent les meilleurs, dont Charles Hamelin», de préciser Mathieu, qui est donc demeuré membre de ce club sélect jusqu’à ce qu’il subisse sa commotion cérébrale.

«Cette blessure m’a forcé à prendre deux saisons d’arrêts d’entraînements et de compétitions et m’a fait perdre mon classement national. Par conséquent, j’ai aussi perdu ma place au sein du CRCE.»

Qu’à cela ne tienne, Mathieu n’a jamais abandonné son rêve de participer aux Jeux olympiques. L’année dernière, après avoir évalué ses options, il a décidé de revenir à la compétition, avec le Club de patinage de vitesse de Montréal-Gadbois, qui se trouve à distance de marche du collège Maisonneuve, de Montréal, où il poursuit ses études collégiales.

«Avec l’aide de mon nouvel entraîneur, Steve Robillard, j’ai pu corriger une grande partie de mes lacunes en tant que patineur. À la fin de la saison, j’ai su mériter, à nouveau, ma place au sein du CRCE.»

Gageons qu’avec une telle détermination, les chances que Mathieu goûte enfin à son rêve sont excellentes!

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top