- PUBLICITÉ -
Football collégial, Nordiques de Lionel-Groulx, Sainte-Thérèse

La saison de football collégial débute ce samedi. (Crédit photo Mark Quevillon)

Le football collégial reprend ce week-end

Lourde commande pour les Nordiques

L’équipe de football de division un des Nordiques du Collège Lionel-Groulx renouera avec l’action ce samedi 26 septembre dans le premier de quatre matchs d’un calendrier écourté. Champions de la saison en 2019, le collège André-Grasset sera à Sainte-Thérèse.

Il s’agira, pour les Nordiques, d’une 3e saison au sein de la division un, eux qui y ont été promus au terme de la saison 2017-2018. Ses performances sur le terrain, l’encadrement sportif de ses étudiants-athlètes, la stabilité de son personnel d’entraîneurs, son bassin de joueurs régional ainsi que son engagement dans le développement du football dans les Laurentides avaient convaincu le comité de sélection du RSEQ (Réseau du sport étudiant du Québec) de lui donner sa chance. Depuis, l’équipe n’a remporté que deux victoires. C’était lors de sa première saison en division un puisque l’an dernier, à sa deuxième saison en division un, elle a terminé avec une fiche d’aucune victoire et neuf défaites. La saison 2020 pourrait bien être l’année de l’éclosion, selon l’entraîneur-chef Éric Marier, confiant d’inscrire des victoires au tableau.

«L’an passé, dit-il, nous avions 43 recrues au sein de notre formation. Notre équipe est donc plus mature et jouera avec plus de cohésion. Le retour de notre coordonnateur offensif, absent l’an dernier pour maladie, devrait aussi faire une bonne différence sur le terrain.»

Les séries à tout prix

Il est vrai que pour faire les séries, comme le souhaite l’organisation des Nordiques, l’offensive devra faire mieux que les maigres 139 points inscrits en neuf parties la saison dernière. Quant à la défensive, l’objectif sera de resserrer les ouvertures pour donner moins de 318 points à l’adversaire, comme ce fut le cas en 2019-2020. Le nombre d’interceptions enregistrées contre le quart-arrière (15) est une autre statistique qui devra être revue à la baisse. D’ailleurs, quatre quarts-arrières se battent pour obtenir le poste de Samuel Cloutier. Christopher-James Valenti, qui a pris part à quelques matchs l’an dernier, et Matthew Landry, un gaillard de six pieds trois pouces et 200 livres provenant du programme de l’école secondaire Armand-Corbeil, sont actuellement en avance sur les deux autres.

Le retour au jeu du receveur Félix Deslauriers, blessé une bonne partie de la saison, en 2019-2020, et qualifié par son entraîneur de «joueur incroyable dans une classe à part», contribuera également aux succès espérés des Nordiques qui, cette année, n’affronteront que les formations de la région de Montréal.

«L’objectif est d’entrer dans les séries ! Pour y arriver, on a besoin de deux victoires, peut-être une. Mais c’est une grosse commande puisque la division de Montréal est très forte», d’indiquer Éric Marier, confiant, malgré le fait qu’il affrontera André-Grasset, Vieux-Montréal et Vanier, trois équipes qui ont terminé parmi les meneuses en 2019-2020.

Une bonne équipe

La fiche des Nordiques, au cours des deux dernières années, n’est pas révélatrice du talent qui compose la formation, selon son entraîneur-chef.  L’équipe est bonne, mais, insiste ce dernier, pour devenir encore meilleure, tout passe par le recrutement… et la victoire.

«C’est sûr que la journée où nous allons nous mettre à gagner, cela va beaucoup nous aider à recruter des joueurs ! L’amélioration des infrastructures au parc Ducharme serait aussi un gros plus pour notre organisation».

En raison des mesures de distanciation sociale, seulement 250 spectateurs pourront assister au match du 26 septembre à Sainte-Thérèse alors que les matchs locaux des Nordiques peuvent en compter jusqu’à 800 par beau temps. Il faudra donc faire vite pour avoir une place.

Les autres parties du calendrier régulier sont prévues le 10 octobre à Vieux-Montréal, le 17 octobre à Sainte-Thérèse contre Vanier et le 24 octobre à Saint-Jean.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top