- PUBLICITÉ -
Lamarre en or

Rachel Lamarre

Lamarre en or, Bakos disqualifiée

Jeux du Canada

Les souvenirs des Jeux du Canada ne sont pas tous positifs. Au sabre féminin, les Blainvilloises Rachel Lamarre et Imola Bakos ont connu des sensations complètement opposées. La première a décroché l’or tandis que la seconde a été disqualifiée.

Imola Bakos est partie à Sherbrooke à titre de favorite de la compétition et avec la ferme intention de mettre la main sur la breloque dorée, mais c’est avec le cœur gros qu’elle est revenue à Blainville.

Tout allait bien pour la Blainvilloise lors du tournoi par poules, jusqu’à ce qu’on l’informe qu’elle était disqualifiée pour mauvaise interprétation d’un règlement d’éligibilité.

L’an passé, elle a pris part aux Championnats panaméricains, qui sont jugés comme une compétition de trop haut niveau pour ensuite participer aux Jeux du Canada.

«Je me demande pourquoi ils ont attendu avant de m’avertir, a indiqué Bakos. Je suis inscrite depuis quelque temps et ils ont attendu qu’on soit dans la compétition pour nous le dire. J’aurais pu rester chez moi et finir mes travaux scolaires.»

Pas la finale espérée

Rachel Lamarre a pour sa part obtenu sa qualification après avoir pris quelques mois de repos sans escrime. «C’est pour cette raison que je n’étais pas plus haute dans le classement des sabreuses présentes, a mentionné l’athlète de 15 ans. Je m’en allais là en visant une place en finale contre Imola. On voulait le doublé.»

Dans le tableau éliminatoire, Lamarre a fait son petit bonhomme de chemin sans se laisser distraire. Elle a remporté sa demi‑finale au compte de 15‑9 contre Robyn Julienne Cando, de la Colombie-Britannique, et ce, même si elle ne se sentait pas bien.

Quelques jours plus tard, elle était de la finale. Lamarre a mené du début à la fin. Elle menait 14‑11, mais elle a vu Zoe Clarke, de la Colombie-Britannique, revenir à 14‑14 avant de finalement réussir la 15e‑touche pour remporter les grands honneurs.

Déception à la compétition par équipe

La disqualification d’Imola Bakos n’a pas eu que des répercussions sur le concours individuel, mais également sur la compétition par équipe.

Les Québécoises partaient grandes favorites, mais Lamarre a finalement dû faire équipe avec Andrée‑Anne Paquet, une épéiste de Blainville. «Je n’ai pas pris la compétition au sérieux, a admis Lamarre. Je n’ai pas bien tiré. Je n’avais vraiment pas la bonne attitude.»

De son côté, Paquet a fait du mieux qu’elle a pu en réussissant quelques touches, mais le sabre, ce n’est pas l’épée. «Je m’amuse des fois, au club, en prenant un sabre, et j’ai déjà fait des compétitions par équipe dans le passé», a souligné Paquet, médaillée de bronze à l’épée (voir autre texte).

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top