- PUBLICITÉ -
Labonté solide contre les USA: le premier acte aux Canadiennes

La Boisbriannaise Charline Labonté défendait le filet de l’équipe canadienne

Labonté solide contre les USA: le premier acte aux Canadiennes

(Sportcom) – Disciplinées et énergiques, les hockeyeuses canadiennes ont battu leurs grandes rivales américaines 3-2, mercredi, à leur dernier match de la ronde préliminaire du tournoi olympique des Jeux de Sotchi.

Déjà assurées de passer directement en demi-finale après avoir disposé des Suisses et des Finlandaises à leurs deux premières sorties, Canadiennes et Américaines s’affrontaient pour l’honneur de finir premières du groupe A.

Vaincues à leurs quatre dernières rencontres par les championnes mondiales en titre, les médaillées d’or des Jeux de Vancouver ont joué du hockey inspiré, pressant leurs adversaires de façon très efficace.

En fait, les rôles ont été quasi inversés dans cet affrontement, les Américaines adoptant un style de jeu très robuste, alors que les Canadiennes y ont été un peu plus en finesse et en rapidité.

Les Américaines ont commencé le match en force et, dès la première minute, un bon lancer du poignet de Kelli Stack a battu Charline Labonté, mais a frappé la barre horizontale. La gardienne de Boisbriand n’a toutefois rien concédé pour le reste de la période, arrêtant les 11 rondelles dirigées sur elle.

Ce sont les joueuses du pays qui ont par ailleurs eu les meilleures chances de marquer, notamment sur une échappée de Meghan Agosta-Marciano, résidante à Boisbriand, à la troisième minute de jeu, et via Marie-Philip Poulin, de Beauceville, qui a aussi fait avorter plusieurs jeux des attaquantes adverses.

Petite déception, les Canadiennes n’ont pas su profiter de deux avantages numériques (4:37 et 17:47). Elles ont en revanche été incroyablement efficaces pendant une punition (10:59) à la Montréalaise Caroline Ouellette, pourchassant constamment leurs rivales, incapables de s’organiser.

Poulin et Labonté s’illustrent

Au deuxième tiers, les Américaines ont à nouveau frappé à la porte rapidement, Stack se retrouvant quasiment seule à quelques pieds de Labonté, avant que Poulin ne lui soutire la rondelle.

L’impressionnante vision du jeu de l’héroïne de la finale de Vancouver lui a d’ailleurs permis d’ennuyer constamment ses adversaires, qui ont été emboîtées dans leur zone par moments.

Labonté s’est aussi illustrée, entre autres, en faisant un arrêt de la mitaine sur un lancer à bout portant de Brianna Decker, laissée seule à sa gauche, puis en effectuant une belle sortie sur une échappée de Stack alors que ses coéquipières étaient en avantage numérique.

Malheureusement, elle a été la première gardienne de l’unifolié à être déjouée dans le tournoi quand Hilary Knight a fait dévier un tir du poignet de la défenseur Anne Schleper à 17:34, pendant une punition à Lauriane Rougeau, de Beaconsfield.

 Ce but a semblé ébranler les Canadiennes, qui ont vu les Américaines menacer jusqu’au son de la sirène.

Entracte salutaire

L’entracte a toutefois permis aux triples championnes olympiques en titre de se ressaisir et de commencer du bon pied le troisième vingt, un engagement qu’elles ont largement contrôlé, limitant les Américaines à trois tirs.

Dès la troisième minute de jeu, pendant une punition à Decker, la Saskatchewanaise Hayley Wickenheiser a saisi un retour de lancer et a fait une brillante passe du revers à Agosta, en maraude à la gauche de Jessie Vetter, qui n’a pas raté sa chance.

 Wickenheiser a lancé les Canadiennes en avance 1 minute et 33 secondes plus tard, quand elle a pris un bon tir sur Vetter, qui a effectué l’arrêt et a fait glisser la rondelle sous ses jambières jusque dans le but en voulant la ramener vers elle pour l’immobiliser.

Comme l’arbitre a semblé siffler l’arrêt du jeu avant que le disque ne traverse la ligne des buts, elle a revu la séquence au banc des officiels. Le but a finalement été accordé à Wickenheiser, avec des passes à Agosta et à l’Ontarienne Natalie Spooner.

Agosta en a rajouté avec moins de 5 minutes à faire au temps règlementaire quand elle a pris en défaut la défensive adverse à la ligne bleue pour s’échapper et glisser la rondelle entre les jambières de Vetter.

 Schleper a par la suite ajouté du piquant à cette fin de rencontre en faisant bouger les cordages à 18:55 d’un lancer frappé de la ligne bleue, au moment même où Labonté se repositionnait après avoir effectué deux arrêts. Les médaillées d’or des derniers mondiaux étaient alors à six contre cinq.

 Les Canadiennes ont ajouté au suspense en étant punies pour avoir eu trop de joueuses sur la patinoire avec 31 secondes à faire, mais les Américaines n’ont pas su en profiter.

Mélodie Daoust, de Valleyfield, et Catherine Ward, de Montréal, ont aussi eu leur mot à dire dans cette victoire des représentantes du pays.

Si la logique est respectée, Canadiennes et Américaines se retrouveront en finale le 20 février.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top