- PUBLICITÉ -
Joël Bouchard, Rondelles d'or, LHJMQ

Joël Bouchard a mis la main sur le trophée Maurice-Fillion remis au directeur général de l’année. Il pose ici avec Guy Lafleur et son père, Lionel. (Photo courtoisie LHJMQ)

Francis Leclerc a remporté le trophée Jacques-Plante pour avoir maintenu la meilleure moyenne de buts alloués au cours de la saison dans la LHJMQ. (Photo courtoisie LHJMQ)

Gala des Rondelles d’Or: Leclerc et Bouchard honorés

Les membres de l’organisation de l’Armada ne sont pas revenus bredouilles de Québec, où se tenait le Gala des Rondelles d’Or, alors que Francis Leclerc et Joël Bouchard sont montés sur la scène pour recevoir leur trophée.

Leclerc a mis la main sur le trophée Jacques-Plante remis au gardien qui a conservé la meilleure moyenne de buts alloués au cours de la saison. Le cerbère de Sainte-Anne-des-Plaines n’a pas vécu le stress du suspense puisqu’il se savait gagnant dès le dernier match de la saison régulière.

Ironie du sort, c’est son coéquipier Samuel Montembeault qui a été son plus proche rival dans cette course. «Ça prouve une chose, a lancé Leclerc. C’est que nous avons la meilleure défensive de la Ligue.»

Il s’est dit surpris de l’ampleur de l’événement. «Je ne m’attendais pas à ce que ce soit aussi gros, a-t-il indiqué. C’est vraiment une belle soirée et je suis content d’y avoir pris part.»

Choix de 6ronde de l’Armada, Leclerc portait les couleurs des Nordiques du collège Lionel-Groulx il y a deux ans. Il était loin de se douter qu’il serait présent à une soirée de gala du circuit Courteau qui récompense ses meilleurs athlètes de l’année.

«Quelqu’un m’aurait dit ça, il y a deux ans ou même l’an passé, j’aurais ri de lui, a-t-il déclaré. Je suis content de ma progression et du chemin parcouru. C’est un prix flatteur que je partage avec mes coéquipiers.»

Montembeault était également sur place alors qu’il a été nommé sur la deuxième équipe d’étoiles de la LHJMQ.

Bouchard aussi partage son trophée

Joël Bouchard n’a pas reçu le trophée de l’entraîneur de l’année, mais il a décroché celui de directeur général de l’année (le trophée Maurice-Fillion), un prix qu’il n’hésite pas à partager avec son entourage.

«Comme je cumule les fonctions d’entraîneur et de directeur général, l’entourage joue un rôle important, a-t-il lancé. C’est un trophée collectif pour moi. Je suis le chef d’orchestre, mais sans l’apport des gens qui m’entourent, ça serait difficile d’y parvenir.»

Bouchard a tenu à parler du bon travail de ses dépisteurs avec en tête Dany Gauthier, de son adjoint Pierre Cloutier, du gouverneur de l’équipe Martin Tremblay, et ses entraîneurs adjoints Jean-François Fortin, Daniel Jacob, Maxime Vaillancourt (gardien) et Alexandre Jacques.

«Nous avons implanté une vision d’organisation et tout le monde a embarqué dans ça. Nous avons une équipe de dirigeants tissés serré», a-t-il poursuivi.

Giguère, un immortel

Chaque année, la LHJMQ intronise quatre anciens joueurs au Temple de la renommée et un bâtisseur. Cette année, parmi ces joueurs, on retrouve le Blainvillois Jean-Sébastien Giguère, qui a connu une très belle carrière junior avec les Mooseheads d’Halifax avant de briller dans la Ligue nationale de hockey.

Le gardien de but a remporté le trophée Conn-Smythe, remis au meilleur joueur des séries éliminatoires de la LNH, et ce, même si les Ducks d’Anaheim n’avaient pas remporté la coupe Stanley en 2002-2003.

En 2006-2007, il a finalement mis la main sur la précieuse coupe Stanley avec les Ducks d’Anaheim.

Array
- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top