- PUBLICITÉ -
Gabrielle Desharnais-Préfontaine avec les grandes

La patineuse de vitesse de Sainte-Thérèse Gabrielle Desharnais-Préfontaine a en impressionné plusieurs, à la mi-décembre, lors des Essais nationaux présentés à Calgary.

Gabrielle Desharnais-Préfontaine avec les grandes

La patineuse de vitesse de Sainte-Thérèse Gabrielle Desharnais-Préfontaine a en impressionné plusieurs, à la mi-décembre, lors des Essais nationaux présentés à Calgary.

Classée 26e avant le de début de la compétition, elle a terminé au 14e rang au classement cumulatif des trois épreuves. Cette position lui a permis d’obtenir un laissez-passer pour participer à la Sélection nationale qui sera présentée à Chicoutimi, du 13 au 15 janvier.

Cette compétition permettra de sélectionner les cinq patineuses qui représenteront le Canada lors des dernières Coupes du monde de la saison. «C’est clair que l’objectif n’est pas de se classer au sein de l’équipe nationale, a lancé un de ses entraîneurs, Éric Vachon. Le fait de côtoyer des filles comme Marianne St-Gelais et Valérie Maltais ne peut qu’être bénéfique pour le futur.»

La jeune patineuse, qui est encore d’âge junior, espère consolider ses résultats obtenus à Calgary. Au 500m, elle a réussi son meilleur temps à vie en franchissant la ligne d’arrivée en 46,66 secondes. Un chrono de 47 secondes était son ancienne marque personnelle.

«La glace était très rapide à Calgary, a-t-elle humblement indiqué. Le 500m a été ma meilleure course. En remportant la finale C, j’ai pris le 9e rang.»

Cette neuvième place lui a permis de se classer parmi les 14 premières patineuses. Seules les 14 premières obtenaient un sauf-conduit pour la Sélection nationale.

En connaissant une bonne compétition, elle pourrait s’assurer une invitation pour la deuxième Sélection nationale qui aura lieu au début du mois de mars. Celle-ci servira à établir un classement pour la saison prochaine.

Une année difficile

La représentante du Club de patinage de vitesse de Rosemère/Rive-Nord a connu une saison difficile en 2010-2011. Aux prises avec une blessure au genou, elle n’a pu progresser comme elle l’aurait souhaité.

Malgré tout, elle a réussi à obtenir une invitation pour les Championnats canadiens. Sauf que le samedi au soir, elle s’est faite voler son équipement de patinage de vitesse et la compétition se poursuivait le lendemain.

Elle a réussi à trouver des patins en rejoignant une patineuse qui s’entraîne avec elle et, avec d’autres coups de téléphone, elle a complété son équipement.

«Il n’y a pas beaucoup d’athlètes qui auraient pu passer par-dessus une épreuve du genre, estime Vachon. Elle a fait ses entraînements avec l’équipement qu’elle avait trouvé et elle s’est dite prête pour la compétition. Sans aucune pression, elle a obtenu ses meilleurs résultats de la saison.»

Gabrielle et ses entraîneurs, Éric Vachon et Benoit Delisle, ont par la suite entrepris une discussion. «On voulait savoir quelle différence il y avait entre la Gabrielle des derniers Championnats canadiens et celle de la dernière saison. On s’est rendu compte qu’elle se mettait peut-être une pression supplémentaire.»

La Térésienne a donc changé un peu son approche. «Tout en étant consciente des enjeux de chacune des courses, on lui demande de prendre ça relax et de s’occuper de ce qu’elle peut contrôler et les résultats vont suivre.»

Force est d’admettre que cette façon de faire lui sourit.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Concours

Concours Gagnez vos sorties resto
- PUBLICITÉ -
Top