- PUBLICITÉ -
Entête - Sport en bref

Direction la Suisse pour Michaël Dupont

Contrat d’un an

Pas besoin d’évoluer dans la LHJMQ ou encore dans les rangs professionnels nord-américains pour attirer l’attention sur le Vieux Continent. Jouer au hockey universitaire canadien peut suffire.

Le gardien de but des Patriotes de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), Michaël Dupont, valide bien cette théorie, lui dont la signature vient d’être fraîchement apposée au bas d’un contrat avec le club de hockey HC Ajoie, qui évolue en division B de la Ligue professionnelle suisse.

L’ex-gardien du Drakkar de Baie-Comeau s’est entendu avec la formation helvète pour un contrat d’un an relatif à la saison 2009-2010.
«Je suis super content, car j’ai toujours envisagé une carrière chez les professionnels et j’ai maintenant ma chance. Je voulais signer seulement pour un an parce que j’aimerais faire le saut en division A l’année suivante», affirme le cerbère.

L’entente prévoit un salaire de base assorti de nombreux bonis reliés aux performances.
«En plus du salaire, j’ai l’appartement et l’automobile fournis, sans oublier les avantages fiscaux. Sans trop entrer dans les détails, j’ai aussi d’autres clauses selon mes statistiques et notre rendement dans les séries éliminatoires», confie Dupont qui ajoute que le HC Ajoie est une formation réputée pour aller généralement loin en séries.

Ce sont les excellentes prestations de Dupont au sein des Patriotes de l’UQTR qui ont convaincu la direction du HC Ajoie de lui accorder une chance. En plus de mener l’équipe trifluvienne jusqu’à la finale de l’Est du pays, où elle s’est inclinée face aux Redmen de McGill, l’athlète de 21 ans a connu une saison régulière exceptionnelle – même si elle fut écourtée par une vilaine blessure au ménisque du genou – comme en font foi ses statistiques fort éloquentes: neuf victoires et deux revers, dont un en surtemps, une excellente moyenne de 2,33 buts alloués par joute et un phénoménal pourcentage d’efficacité de 0,920.

Une fière chandelle à son père

Nul doute que l’homme masqué doit une fière chandelle à son père, Normand Dupont, pour ce qui lui arrive. Non seulement est-il son agent, mais le fait qu’il soit un ancien joueur de hockey professionnel ayant évolué en Europe pendant plusieurs années a permis à Dupont d’obtenir plus facilement sa nationalité suisse, puisqu’il est né là-bas. Le jeune homme, qui sera désormais dirigé par Réal Paiement, l’ex-entraîneur-chef des Fog Devils de St. John’s, ne sera donc pas considéré comme un joueur étranger au sein du HC Ajoie, chaque équipe suisse ayant seulement le droit d’en compter deux dans ses rangs.

Maintenant qu’il est Suisse et qu’il jouera au hockey sous peu dans ce petit paradis, Michaël Dupont rêvasse à une carrière au niveau international. «J’aimerais beaucoup jouer aux Olympiques de 2014. J’aurai alors 27 ans (l’âge où un gardien atteint souvent son apogée)», souhaite-t-il.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top