- PUBLICITÉ -
LHJMQ, François Gaudette, Vikings de Saint-Eustache, LHMAAAQ, collèges américains, États-Unis, Remparts de Québec, Eagles du Cap-Breton, Sainte-Marthe-sur-le-Lac,

Zachary et Noah Gaudette, deux hockeyeurs qui ont privilégié d’aller évoluer aux États-Unis, plutôt que dans la LHJMQ. (Photo Benoît Bilodeau)

Deux frères décident d’aller jouer leur hockey aux États-Unis

Noah et Zachary Gaudette, de Sainte-Marthe-sur-le-Lac

Qu’un jeune hockeyeur décide d’aller aux États-Unis pour y poursuivre sa carrière plutôt que d’opter pour la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), voilà qui n’est certainement pas inhabituel dans le monde du hockey. Ce qui l’est plus, c’est que deux frères prennent la même décision.

Effectivement, c’est le choix qu’ont fait en toute connaissance de cause Noah Gaudette, 18 ans, et Zachary Gaudette, 17 ans, deux hockeyeurs de Sainte-Marthe-sur-le-Lac qui ont porté les couleurs des Vikings de Saint-Eustache, une formation de la Ligue de hockey midget AAA du Québec (LHMAAAQ).

L’option qu’ils ont privilégiée a été retenue bien qu’ils aient été tous les deux repêchés par des équipes de la LHJMQ. Dans le cas de Noah, il a été un choix de 6e ronde des Eagles du Cap-Breton en 2018; et dans le cas de Zachary, il a été retenu en 5e ronde par les Remparts de Québec en 2020.

Les deux frères pouvaient donc espérer «faire» leur équipe respective s’ils avaient opté de jouer dans la LHJMQ compte tenu des positions où ils ont été repêchés.

Les études avant le hockey

S’ils ont pris cette décision, c’est qu’ils ont été séduits par ce qui leur offert dans les collèges américains où les études passent avant le hockey. Noah a été sensibilisé à cette option à l’occasion d’un voyage organisé à Clarkson par les Seigneurs des Mille-Îles alors qu’il jouait sa deuxième année au niveau bantam AAA.

«J’avais été impressionné par l’ambiance qu’il y avait là-bas. Mon ami, qui avait un frère qui jouait aux États-Unis, m’a aussi parlé de l’importance de l’école C’était alors clair dans ma tête que j’allais aller aux États-Unis, même si je me faisait repêcher dans la LHJMQ», raconte, en entrevue, Noah qui, pour la saison à venir, se retrouvera avec le Jersey Hitmen, une équipe du New Jersey.

Au cours des deux dernières saisons, il a évolué pour Gilmor Academy, un établissement situé à Cleveland, et a été à même de constater que les études passent, oui, en premier. «Pour jouer, il faut réussir en classe. Si tu ne passes pas, tu ne joues pas. Moi, je pensais avoir de la misère car l’école, ça n’a vraiment jamais été mon fort et je ne parlais pas anglais. Les profs m’ont vraiment aidé et nous ne sommes que huit élèves par classe. Ça allait vite, et dans le bon sens. C’est plus dur de ‘’couler’’ que d’avoir un ‘’A’’», de relater Noah.

Zachary a, lui, été inspiré par l’expérience qu’a vécue par son frère et ira, lui aussi jouer aux États-Unis, également au Gilmor Academy. Une décision un peu plus difficile dans son cas, sachant qu’il aurait pu évoluer en compagnie de son meilleur ami, également repêché par les Remparts, l’équipe de Patrick Roy, celle dont tous les jeunes hockeyeurs rêvent d’évoluer, dit-il.

«Je n’étais pas sûr à 100 %, mais quand mon frère m’a parlé de l’école, ça m’a convaincu. J’ai pensé à mon futur», de dire Zachary.

Un père content du choix de ses fils

Les choix qu’ont fait Noah et Zachary, qui rêvent éventuellement à évoluer en NCAA, est d’autant plus particulier qu’ils sont les fils de François Gaudette, directeur général des Vikings de Saint-Eustache.

«Je leur ai proposé deux chemins que je connais. La LHJMQ, c’est d’abord une ligue de hockey, et une excellente ligue d’ailleurs, une ligue d’élite, alors que les collèges américains, c’est axé sur des programmes sports-études, comme au midget AAA. Au final, c’est un choix qui leur appartenait. Rendu à 17 ou 18 ans, je ne peux pas les obliger à faire quoi que soit, mais c’était important pour moi, en tant que père, qu’ils connaissent toutes les avenues possibles avant d’effectuer leur choix», de mentionner François Gaudette qui, comme papa, est bien «content» de savoir que ses deux garçons auront aussi le «focus» sur leurs études au cours des prochaines années.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top