- PUBLICITÉ -
Deux en deux pour les Nordiques

Les Nordiques ont été particulièrement efficaces au contre. Ici

Deux en deux pour les Nordiques

Volleyball collégial division 1

L’équipe féminine de volleyball du collège Lionel-Groulx a entamé sa saison en remportant ses deux premiers matchs, la fin de semaine dernière, et ce, sans jamais être trop inquiétée.

Les ouailles de Danyk Sauro ont tout d’abord vaincu les Astrelles du Cégep de l’Abitibi 25‑14, 25‑20 et 25‑15, samedi soir, avant de disposer des Griffons du Cégep de l’Outaouais 25‑16, 25‑14 et 25‑23.

«Contre l’Abitibi, nous n’avons pas connu notre meilleur match, a avoué l’entraîneur. Nous avons été très ordinaires en réception. De plus, nous savions que leur meilleure joueuse était blessée. Dimanche par contre, nous avons généré beaucoup d’attaques et nous avons bien géré le bloc en plus de bien suivre le plan de match.»

Léa‑Marie Duguay, la libéro, a joué un rôle important pour créer l’attaque. «Nous pratiquons beaucoup cet aspect du jeu à l’entraînement, a insisté Sauro. Nous voulons que Léa‑Marie devienne en quelque sorte notre deuxième passeuse. Comme ça, quand la passeuse est trop loin du jeu ou qu’elle doit faire une récupération, notre libéro peut distribuer le ballon pour générer de l’offensive.»

La capitaine trace la voie

La capitaine des Nordiques, Catherine Deslauriers, a connu une excellente fin de semaine en attaque. Elle a réussi cinq attaques marquantes, samedi, et 12 dimanche.

Il importe de souligner qu’elle n’a joué qu’une manche et demie lors de la rencontre de dimanche.

Rose Borgelin a réalisé huit attaques décisives contre l’Abitibi et trois contre l’Outaouais. La recrue Élisabeth Perreault a fait preuve de constance en marquant quatre fois dans chacun des matchs. Samedi, Anne Claudel et Léa Mortier ont également obtenu quatre attaques marquantes chacune.

Au niveau du contre, les Térésiennes ont touché 20 ballons, samedi, et 24 dimanche. Soit que le ballon demeurait de l’autre côté ou qu’il était ralenti pour permettre une récupération plus facile. Isa Beauchamp et Perreault ont marqué deux fois chacune en raison de leur bloc.

De la compétition interne

L’avenir s’annonce prometteur pour la formation térésienne, alors que quatre joueuses recrues s’imposent déjà, ce qui fait en sorte qu’il y a une petite compétition à l’interne pour aller chercher le plus de temps de jeu possible.

Dimanche, il a été possible de voir à l’œuvre Élisabeth Perreault. La joueuse de centre s’est surtout imposée au contre et au service, mais elle peut également aller chercher sa part d’attaques marquantes au cours d’un match. «C’est une joueuse qui a fait partie de l’équipe du Québec jeunesse, cet été, a souligné Sauro. De toutes les années, c’est la fille la plus haute que nous avons eue chez les Nordiques.»

Anne Claudel, qui était également de l’équipe du Québec jeunesse, sera également à surveiller. «C’est une attaquante de 6 pieds, ce qui nous donne trois joueuses à l’aile qui peuvent facilement être sur le sept partant. C’est une belle compétition interne.»

Exemple de persévérance

Isa Beauchamp en est à sa troisième année au sein des Nordiques. La joueuse de centre s’est classée parmi les 10 meilleures contreuses la saison dernière.

«Dire qu’à sa première année, elle était venue me voir pour me dire qu’elle n’était pas de calibre et qu’elle irait jouer dans le AA. De notre côté, nous voyions le potentiel qu’elle avait, a mentionné Sauro. C’est la joueuse qui s’est probablement le plus améliorée depuis le début de notre programme. Certaines filles arrivent ici et elles n’ont pas le même vécu de volleyball que les autres. Elles doivent se donner du temps.»

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top