- PUBLICITÉ -
Des responsabilités accrues pour Marc-Olivier Mimar

(Photo Pierre Latour)

Des responsabilités accrues pour Marc-Olivier Mimar

Avec le Drakkar de Baie-Comeau

L’imposant attaquant de Rosemère Marc-Olivier Mimar a vu ses responsabilités s’accroître au sein du Drakkar de Baie-Comeau, depuis le mois de décembre.

En fait, c’est depuis le départ de Gabriel Bourque pour le camp de l’équipe Canada junior, le 13 décembre, que Mimar se retrouve sur le premier trio du Drakkar. Pendant la période de transaction, Bourque a été échangé aux Wildcats de Moncton, ce qui allait donc permettre à Mimar de conserver son nouveau rôle.
«L’entraîneur (Stéphane Hinse) me donne un rôle offensif. En plus de jouer sur la première ligne, je suis employé en avantage numérique», a-t-il mentionné.

Une chance que le Rosemérois a bien saisi puisqu’en neuf parties, il montre un dossier de cinq buts et huit passes. Bien que la formation baie-comoise soit en reconstruction, elle donne du fil à retordre aux équipes de tête.

Depuis le début de la campagne, Mimar montre une moyenne d’un point par match, avec 42 points en autant de rencontres.
«Avant de commencer la saison, je m’étais fixé comme objectif d’obtenir cinquante points, mais maintenant j’aimerais avoir une moyenne d’un point par match d’ici la fin de la saison», a-t-il poursuivi.

Dans l’aventure depuis un an

Mimar a entamé la saison 2008-2009 avec les Vikings de Saint-Eustache avant d’être rappelé au cours de la période des fêtes et de compléter la saison avec le Drakkar de Baie-Comeau.

Une expérience qui a quelque peu changé son existence puisque du jour au lendemain, il est devenu une vedette sans le vouloir. À Baie-Comeau, les joueurs du Drakkar sont très bien traités, eux qui sont invités à des ouvertures officielles et des banquets de toutes sortes.

Les joueurs sont souvent sollicités par les organismes, mais ce n’est pas quelque chose qui chicote le jeune homme de 18 ans. «C’est sûr qu’il y a des inconvénients à être autant reconnu, mais il y a aussi des avantages. C’est quand même assez plaisant. Les gens sont très respectueux», a-t-il dit.

Il faut dire que Mimar se retrouve en terrain connu avec le Drakkar. Son ancien coéquipier avec les Vikings Philip Richer y évolue, tout comme le Blainvillois Jonathan Parisien, joueur contre qui il avait l’habitude de jouer alors qu’ils évoluaient pour l’une et l’autre des deux formations des Conquérants.

De plus, le nouveau capitaine de l’équipe est aussi un ancien joueur des Vikings, soit l’Eustachois Maxime Renaud.

Il complète présentement sa première année en Science nature au Cégep de Baie-Comeau et tout semble aller sur des roulettes. «Il suffit d’être discipliné, mais le Drakkar est réputé pour bien encadrer ses joueurs», a-t-il conclu.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top