- PUBLICITÉ -
De bonnes foules pour voir les Nordiques

SourceURL:file://localhost/Users/m_brunelle/Desktop/MBvolleyballf%C3%A9minin%201-12.doc

De bonnes foules pour voir les Nordiques

Volleyball féminin

L’équipe féminine de volleyball de division des Nordiques du Collège Lionel-Groulx a disputé ses deux matchs du week-end dernier devant de grosses foules à Sainte-Thérèse. Malgré les deux revers, les spectateurs ont eu droit à un bon spectacle.

Vendredi, la troupe de Danyk Sauro aurait mérité un meilleur sort contre les Sherbrookoises, mais elle a plié l’échine en trois manches de 25-18, 25-23 et 25-23.

«On aurait dû se rendre en quatre ou cinq manches, a indiqué Sauro. Je suis content de certaines choses que les filles ont faites sur le terrain, mais je suis déçu qu’on n’ait pas gagné au moins un set.»

L’entraîneur parle surtout du deuxième set qui leur a glissé entre les mains, après que ses protégées se soient forgées une avance de huit points en début de manche.

Il pense également à la troisième manche qui aurait pu aller de leur côté, alors que les Nordiques ont créé l’égalité 23-23 avant de perdre les deux points suivants et, par le fait même, la rencontre.

«Sherbrooke possède une équipe plus mature et nos jeunes joueuses ont manqué d’opportunisme», a-t-il continué.

Catherine Deslauriers et Catherine Larose ont sonné la charge en attaque en obtenant huit attaques marquantes chacune, alors qu’Annie Boyer, incommodée par des douleurs au dos, en a réussi cinq.

Rose Borgelin s’impose

Le lendemain, l’attaquante Rose Borgelin s’est imposée contre Édouard-Montpetit, l’équipe de son coin de pays. «On lui a dit qu’il n’y avait pas de place pour elle, là-bas, et elle est venue chez nous, a souligné Sauro. Elle en a profité pour leur démontrer son savoir-faire et nous dévoiler tout son potentiel. »

Les visiteuses ont triomphé au compte de 25-14, 26-24 et 25-19, mais Borgelin a véritablement été la joueuse la plus étincelante de la rencontre en envoyant 14 ballons dans le plancher et réalisant deux blocs.

«Rose a beaucoup de potentiel, même s’il reste des choses à travailler, a continué le grand manitou de Lionel-Groulx. Depuis le début du programme, au collège, il n’y a pas une fille qui a sauté aussi haut. Il ne lui manque que du vécu dans le sport.»

Édouard-Montpetit, c’est la puissance du circuit collégial. L’équipe de la Rive-Sud de Montréal trône au sommet  après avoir remporté ses huit rencontres, tout en n’échappant que quatre petits sets. Dans ses rangs, il y a Marie-Alex Bélanger, la meilleure attaquante collégiale du Québec.

«Rose affrontait Marie-Alex Bélanger parce que c’est notre joueuse la plus haute au bloc, de commenter l’entraîneur. Elle a fait un bon travail en réussissant plus d’attaques marquantes qu’elles.»

La passeuse Lara Gagnon n’a pu envoyer de ballon à Annie Boyer qui, en raison de sa blessure au dos, était sur le terrain pour sa présence imposante au bloc. Il y avait donc moins d’option pour elle.

Deux autres matchs avant la pause

Les Nordiques ont encore deux matchs à disputer avant la pause du temps des Fêtes. Le jeudi 6 décembre, les Térésiennes rendront visite aux Cavaliers de Bois-de-Boulogne tandis que le samedi 8 décembre, elles recevront les représentantes du Cégep d’André-Laurendeau.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours IGA DAIGLE
- PUBLICITÉ -
Top