- PUBLICITÉ -

Photo Nicolas Comtois (courtoisie) – Marc-Antoine LeBreux, de Sainte-Anne-des-Plaines, reçoit ici le trophée Raymond-Demers, remis au joueur par excellence des séries éliminatoires.

Championnat des Bisons Desjardins: «Cela a vraiment été une saison incroyable!»

«Cela a vraiment été une saison incroyable!». Voilà les mots qu’avait à livrer Luc Desgroseilliers quelques jours après avoir vu les Bisons Desjardins de Saint-Eustache, dont il est l’entraîneur-chef, remporter le championnat de la Ligue baseball junior élite du Québec (LBJÉQ) pour la première fois depuis 2003.

Une saison, oui, «incroyable» si l’on considère que l’objectif, en début de saison, était d’accéder d’abord en séries éliminatoires et de faire pour le mieux par après. Tout ça en considérant que sept joueurs de l’édition 2020 n’étaient pas de retour cette année, ayant complété leur séjour dans le circuit de la LBJÉQ.

Y aller manche après manche

«On ne pensait pas aller jusque-là. On s’était dit qu’on y allait manche après manche. Les étoiles se sont enlignées et ça s’est bien déroulé, d’autant plus que plus que t’avance, plus tu commences à y croire», d’avouer celui qui vient de compléter une 12e saison à la barre des Bisons Desjardins.

«Oui, l’objectif, c’était de faire les séries et, surtout, de connaître une progression avec nos jeunes pour qu’ils prennent de la maturité et que nous ayons une équipe compétitive pour l’avenir. Cela a été au-delà de nos attentes cette année», d’analyser Luc Desgroseilliers.

L’entraîneur-chef estime que la chimie qu’il y a eu entre les jeunes et les vétérans a été «exceptionnelle». Le fait que des joueurs de l’équipe ne se soient pas retrouvés dans les collèges américains pendant ces séries éliminatoires a aussi joué en faveur des Bisons Desjardins, ajoute Desgroseilliers.

En particulier, Marc-Antoine LeBreux a choisi, lui, de demeurer à Saint-Eustache puisque ses études aux États-Unis étaient complétées. Une heureuse décision puisqu’il a, en 14 matchs pendant ces séries, affiché une moyenne de .429, produit 18 points, en plus d’en marquer 14 lui-même. Dont ce point lors du quatrième match qui a permis aux Bisons Desjardins de remporter leur finale contre les Aigles de Trois-Rivières. Il était alors posté au troisième coussin quand Félix D’Arcy y est allé du coup sûr gagnant en fin de septième manche.

Une performance qui a valu à Marc-Antoine LeBreux, dont c’était la dernière saison dans circuit Brulotte, de mettre la main sur le trophée Raymond-Demers, remis au joueur par excellence des séries éliminatoires.

«Cela a été vraiment notre meilleur joueur de l’année, surtout en séries. Il a été celui qui a été le mentor de nos jeunes, qui a réussi à les amener à un autre niveau de compétition et même de nous aider, nous les entraîneurs», de souligner Desgroseilliers.

Pour le moment, celui dont le contrat est valable pour six autres années, souhaite laisser retomber la poussière avant de penser à la saison 2022. «On veut prendre quelques semaines pour relaxer. Cela a demandé beaucoup d’énergie et cela a été un mois et demi épuisant sur le plan psychologique avec tous ces matchs à disputer en un court temps», de conclure un entraîneur-chef visiblement fier de son équipe.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top