- PUBLICITÉ -
Bruce Richardson s’attendait à mieux, mais demeure optimiste

Photo Christian Asselin

Bruce Richardson, entraîneur-chef de l’Armada, a dressé son bilan de fin de saison, le 3 avril, au Centre d’excellence Sports Rousseau.

Bruce Richardson s’attendait à mieux, mais demeure optimiste

Première saison à la barre de l’Armada

Lorsqu’il a été nommé entraîneur-chef de l’Armada de Blainville-Boisbriand, en juin dernier, Bruce Richardson pouvait espérer mener les siens jusqu’à la finale de la LHJMQ, comme l’avait fait son prédécesseur, Joël Bouchard, deux années de suite avant lui. Mais ce n’est pas ce qui s’est produit. L’Armada s’est inclinée dès la première ronde, face à Sherbrooke.

Lorsqu’il a été nommé entraîneur-chef de l’Armada de Blainville-Boisbriand, en juin dernier, Bruce Richardson pouvait espérer mener les siens jusqu’à la finale de la LHJMQ, comme l’avait fait son prédécesseur, Joël Bouchard, deux années de suite avant lui. Mais ce n’est pas ce qui s’est produit. L’Armada s’est inclinée dès la première ronde, face à Sherbrooke.

«Ce fut une saison remplie d’émotions, avec des hauts et des bas, avec un changement d’entraîneur et plusieurs changements de joueurs» , a lancé d’emblée Bruce Richardson, en conférence de presse, le 3 avril, rappelant qu’en vertu de son dossier de 26 victoires et 42 défaites, dont deux en prolongation, l’Armada a terminé la saison au 6e rang de sa division au terme de la saison régulière.

De son propre aveu, il aurait aimé mieux faire. Après un début de saison au cours duquel l’Armada est parvenue à jouer pour 0,500 et à demeurer en milieu du peloton, les nombreuses transactions réalisées par le directeur général Pierre Cloutier, à la période des fêtes, de même que la blessure survenue en décembre au gardien numéro un, Émile Samson, sont venues changer ses plans.

«Nous avons procédé à 13 échanges à Noël. Nous avons sorti 1 598 parties d’expérience au niveau de la LHJMQ pour en rentrer 438. Nous avons laissé aller 19,3 ans en moyenne d’âge pour rentrer 17,6 ans. Je ne vous cacherai pas que je me grattais la tête avec une si jeune équipe!» , a expliqué Bruce Richardson qui n’a donc eu autre choix que de se rendre à l’évidence qu’il devait amorcer une reconstruction.

«Nous avons donné l’opportunité à des joueurs qui avaient donné cœur et âme pour l’Armada de se joindre à d’autres équipes pour ainsi essayer de se rendre plus loin. De notre côté, nous voulions recommencer sur de nouvelles fondations.»

Les jeunes ont progressé

Bruce Richardson est optimiste pour la saison prochaine. Les jeunes ont acquis de l’expérience et progressé. Et ça se reflétera sur les résultats en 2019-2020.

«Certains de nos jeunes ont connu une progression fulgurante, a indiqué le coach. Nous avons terminé la saison avec une fiche de 7 victoires et 5 défaites. Contre Sherbrooke en séries, nous avons bien commencé, mais j’ai senti un manque de maturité dans l’équipe.»

Pour acquérir cette maturité, un joueur doit voir de l’action, passer de nombreuses minutes sur la patinoire en situation de match. Les joueurs de l’Armada ont été bien servis à ce niveau, cette année.

«Nos jeunes joueurs ont joué extrêmement beaucoup après les fêtes. Cela leur a donné du millage. Je suis très fier d’eux! Et vous ne pouvez pas savoir comment je suis excité de recommencer. Je recommencerais une nouvelle saison demain, car les gars m’ont donné du gaz, de l’énergie.»

Joueurs étrangers

Comme le font les recruteurs de l’Armada à longueur d’année, Bruce Richardson passera les prochains mois à sillonner les arénas de l’Amérique à la recherche de la perle rare. Pierre Cloutier sera de son côté au Championnat du monde des moins de 18 ans qui s’amorcera à la mi-avril en Suède, pour voir à l’œuvre des Européens qui pourraient peut-être venir prêter main-forte à l’Armada, et ce, dès la saison prochaine.

«Nous avons aussi été chercher 20 choix au repêchage en réalisant nos transactions. Pour cette année, 2020, et les années à venir, ce sera très excitant!» , a conclu Bruce Richardson, remerciant au passage la direction de l’Armada pour son support inconditionnel, elle qui a été particulièrement présente à la suite du décès d’Alec Reid, survenu en fin de saison.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top