- PUBLICITÉ -
Association de judo de Blainville: portes grandes ouvertes

Les entraîneurs de l’Association de judo de Blainville. Kim Boivin, Mario Pelletier et Patrick Kearney ont souhaité la bienvenue aux deux nouveaux membres de leur personnel provenant du Vieux-Continent, Aurélie Crozet (deuxième à partir de la droite) et Fabien Moulin (quatrième à partir de la droite).

Association de judo de Blainville: portes grandes ouvertes

L’Association de judo de Blainville, aussi connue sous le nom de Dojo Blainville, organisait sa journée portes ouvertes, le 8 septembre dernier, afin de familiariser les gens du public avec la philosophie et les diverses techniques de cet art martial japonais et de leur faire découvrir leurs installations permanentes, situées sur la rue Émilien-Marcoux.

Tout au long de la journée, les parents, pour la plupart, accompagnés de leurs jeunes enfants, ont assisté à des démonstrations de ju-jitsu, intégrant les techniques de combat en position debout et d’immobilisation au sol ainsi que des séances de mouvements imposés intégrant des routines issues des immémoriales techniques guerrières des samouraïs datant du 14e siècle, soit l’aïkibudo et le kobudo.

Le ju-jitsu est un sport de combat duquel on a aboli toutes les manœuvres considérées dangereuses. Il fait l’objet de compétitions officielles. L’aïkibudo vise à développer l’autodéfense basée notamment sur des techniques de dégagement, de contrôle et de projection. «En aïkibudo, on travaille avec un partenaire et non pas un adversaire», mentionne Mario Pelletier, enseignant d’aikibudo et de kobudo pour le compte de l’Association de judo de Blainville. Finalement, le kobudo permet à la personne qui le pratique de maîtriser tout en finesse le maniement d’armes telles que le sabre (watana et wakisashi, en japonais) et le bâton (bo) et la lance (naginata et yari) utilisés traditionnellement par les samouraïs.

Il ne s’organise aucune compétition relativement à ses deux disciplines en raison des risques que de tels affrontements pourraient comporter pour les articulations des personnes impliquées. «L’aïkibudo et le kobudo ne s’adressent d’ailleurs qu’aux gens âgés de 14 ans et plus, âge où généralement les articulations sont formées», indique Mario Pelletier.

Pour Patrick Kearney, directeur technique et entraîneur au sein de l’Association de judo de Blainville, la grande force du judo réside dans le fait qu’il ne s’agit pas d’un sport d’attaque. «Il est axé sur la maîtrise de l’adversaire et n’exige aucunement que des coups soient portés», affirme-t-il.

Chez les plus jeunes, soit les groupes des 4 et 5 ans et les 6 à 9 ans, il permet d’inculquer la discipline et la confiance en soi, sans toutefois mettre de côté certains aspects plus ludiques comme les jeux pour aiguiser les réflexes, à l’aide de ballons notamment.

Accueil de deux nouveaux entraîneurs français

La journée portes ouvertes a été d’autre part l’occasion d’apprendre que deux nouveaux entraîneurs hautement qualifiés joindront l’équipe de l’Association de judo de Blainville. Il s’agit de Fabien Moulin et Aurélie Crozet, deux éducateurs sportifs qui sont fraîchement arrivés de France et qui ont obtenu leur visa permanent pour venir installer leurs pénates au Québec. «Nous sommes très heureux de venir ajouter notre petite pierre à l’édifice qu’érige l’Association de judo de Blainville», a commenté Fabien Moulin, pour imager leur contribution à l’essor de l’organisme qui espère bien pouvoir agir comme organisatrice les championnats canadiens Senior de judo d’ici 2016.

Les deux entraîneurs souhaitent faire partager le fruit de leurs connaissances acquises dans un pays, la France, qui répertorie environ un demi-million d’adeptes de judo et dont les bonnes performances olympiques sont avérées. Voilà un atout qui viendra s’ajouter aux prestigieux appuis qu’une athlète d’excellence locale comme Joliane Melançon, présente aux Jeux de Londres, ainsi que l’entraîneur national et médaillé olympique québécois Nicolas Gill procureront à l’Association en y tenant des stages de perfectionnement pour judoka de haut niveau.

Existant depuis plus de 13 ans et regroupant plus de 150 membres, l’Association de judo de Blainville se situe actuellement comme la dixième organisation en importance à l’échelle du Québec.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top