- PUBLICITÉ -

Une cérémonie touchante a eu lieu à Boisbriand en l'honneur de l'ancien de l'Armada, Alec Reid. (Crédit photo: Sylvain Charest)

Une victoire pour Alec Reid

Cinq jours après son décès, l’Armada a rendu hommage à son ancien joueur, Alec Reid. C’est dans un amphithéâtre où l’émotion était très palpable que la Flotte l’a emporté 4-1.

Avant la rencontre, l’organisation a présenté une vidéo hommage de trois minutes à l’endroit de l’ancien numéro 13 de l’équipe laurentienne. Frédéric Abraham et Samuel Desgroseilliers ont complété le tout en prenant le micro devant des chandelles, au centre de la glace. Puis, l’Armada a dévoilé un logo commémoratif.

« Je l’ai fait pour Alec, précisait Desgroseilliers. On avait une bonne relation depuis longtemps et je pense qu’il aurait été le premier à le faire. Je lui devais ça et je suis sûr qu’il est content. »

- Publicité -

L’émotion était palpable également au banc des deux formations. Bruce Richardson, qui le connaissait depuis plus de trois ans, pour avoir été son entraîneur avec les Grenadiers de Châteauguay, pleurait à chaudes larmes.

« C’était plus difficile ce soir qu’à Victoriaville. J’ai rencontré sa mère avant la rencontre, racontait Richardson qui a remis la rondelle du match à la famille Reid. L’hommage a été incroyable et professionnel. Quand j’ai vu ma face dans notre avant-match, ça m’a pris au cœur. »

Un peu plus tard, l’homme de 41 ans indiquait qu’il était marqué par le coup de téléphone du 3 mars.

 «Personne ne peut comprendre. Jusqu’à ce que tu sois dans la situation. Quand tu te fais réveiller par un père, un dimanche matin, qui t’appelles pour dire que son fils est décédé, c’est dur. Ça fait cinq jours que j’entends la voix de son père résonner : que Reider est mort. La chanson est très difficile. T’essaies de l’enlever de ta tête, mais ça revient », ajoutait, les larmes aux yeux, Bruce Richardson.

Également connu chez les Tigres, puisqu’il avait été repêché par cette formation, l’entraîneur de Victoriaville était lui aussi, marqué par Reid.

« C’est un ami de la famille, déclarait Louis Robitaille. Je le connaissais depuis qu’il était tout jeune. On vient de Mercier, sa famille était proche de la mienne. Ça va au-delà du hockey pour moi. De voir un jeune homme mourir à 18 ans, quand tu le connais, ça devient plus personnel et c’est difficile. »

Un match à disputer

Cependant, il y avait un match et le Blanc et Noir s’est libéré de la pression rapidement. Après 47e seconde de jeu, Simon Lavigne a sauté sur un retour de lancer pour inscrire son deuxième filet de la campagne.

Regrettant ne pas avoir été en mesure de battre Cregan, les Tigres ont de nouveau cogné à la porte de l’Armada sans succès, en période médiane. Incapable de créer l’égalité, les Tigres ont été piégés. Benjamin Corbeil a profité des largesses de Tristan Côté-Cazenave pour doubler l’avance des siens.

Évoluant sur la première vague du jeu de puissance, Samuel Bolduc a refusé d’être écarté du spectacle. Il a sauté sur l’occasion pour noircir la feuille de pointage en avantage numérique avec son neuvième de la saison pour donner une priorité de trois buts à son équipe.

Devant la possibilité d’obtenir un premier jeu blanc, Brendan Cregan a tout tenté afin de le préserver, sans succès. Recevant 39 lancers, le Néo-écossais a perdu son jeu blanc avec cinq minutes à faire lorsque Dominic Cormier l’a déjoué grâce à un tir dans la partie supérieure.

Dans un tel contexte, la victoire a mis un léger baume sur la formation laurentienne. Toutefois, la Flotte a l’intention de reprendre dans la vigueur dans sa marche, pour une seule personne : Alec Reid.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top