- PUBLICITÉ -

Cole McLaren a flancé à deux reprises sur 21 lancers. Joël Teasdale a participé aux préparatifs du but gagnant. (Crédit photo: Sylvain Charest)

Une victoire d’équipe pour la Flotte

Les Mooseheads de Halifax n’avaient pas connu la victoire lors de la dernière fin de semaine. L’Armada a saisi l’occasion pour l’emporter 3-1, récoltant une troisième victoire consécutive.

Avec cinq minutes et 33 secondes à écouler à la rencontre, la prolongation semblait être nécessaire. Après de multiples occasions de Halifax, Jared McIsaac a fait perdre le blanchissage à Émile Samson créant l’égalité. Quinze secondes plus tard, Alexander Katerinakis a contourné la défensive adverse pour redonner l’avance pour de bon aux siens.

Le capitaine de l’Armada a concrétisé la victoire en marquant son neuvième de la saison dans un filet désert.

« Il y avait de l’urgence dans notre jeu. Quand tu as mal et tu te coupes un doigt, tu pars direct pour l’hôpital, ce soir c’était la même chose, a évoqué Bruce Richardson. Quand il y avait un repli à faire, les joueurs le faisaient. Ils prenaient de bonnes décisions. Contre Chicoutimi et ce soir, on a été en mesure de garder l’avance et je suis content de ça. »

Le quatrième trio de l’Armada a une fois plus fait acte de présence. Antoine Rochon a synchronisé son tir avec le passage Simon Pinard qui a redirigé le disque derrière Cole McLaren. Simon Lavigne et Cole Fraser ont bien développé le jeu grâce à échec-avant efficace au préalable.

« Le fait de pratiquer ensemble régulièrement, de communiquer et de s’aider, ça l’aide d’avoir du succès, détaillait Simon Pinard qui a souligné la rapidité des sorties de zones des défenseurs jeudi soir. Les trois, nous avons une bonne relation en dehors de la glace et ça permet de se traduire en réussite sur la glace. »

Certains défenseurs dont mentionnait Simon Pinard ont effectué du temps supplémentaire. La Flotte a composé avec cinq défenseurs à partir de la période médiane puisque Aleksi Anttalainen a quitté l’affrontement blessé.

« Tu te retrouves avec cinq défenseurs, tu joues trois matchs en quatre soirs, tu veux gérer ça comme il faut. Puis, l’entraîneur en toi se fou un peu de samedi parce qu’il veut gagner, démontrait Bruce Richardson. On a donc demandé à nos avants de descendre en territoire défensif de façon à réduire l’espace devant le filet. »

Une période creuse pour Xavier Parent

Si la formation laurentienne est retraitée au vestiaire après quarante minutes de jeu avec l’avance, c’était grâce à Émile Samson. Ayant connu une période creuse au cours du mois de novembre, le Lévisien s’est repris jeudi. En période médiane, il a fermé la porte à Joël Bishop et au trio de Xavier Parent. Samson n’a cédé qu’une seule fois sur 36 lancers.

« On a fait face à un bon gardien, soulignait l’entraîneur des Mooseheads, Eric Veilleux qui a vu sa troupe s’incliner pour une troisième fois de suite. On voulait se resserrer défensivement, on n’a pas donné énormément ce soir et offensivement, on a manqué le filet plusieurs fois. »

D’ailleurs pour Parent, le mois de novembre sera à reléguer aux oubliettes. Le Blainvillois a récolté trois passes lors des neuf derniers matchs. Toutefois, ses dernières prestations lui ont valu un retour sur l’avantage numérique.

« Dernièrement il joue très bien. Il travaille, il joue à travers l’adversaire. Il n’est pas sur le bout de la palette. Il patine et a des chances de marquer. C’est une question de temps pour lui, je suis persuadé. Avant, ça allait moins bien. Il est sorti de sa période de creuse », a conclu Veilleux.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top