- PUBLICITÉ -
Un rôle important attend Aaron Hoyles

Aaron Hoyles aura un rôle de premier plan

Un rôle important attend Aaron Hoyles

À sa troisième année avec l’Armada

Il y a peu de vétérans à la ligne bleue de l’Armada. En fait, il en a deux, soit le capitaine Olivier Picard et Aaron Hoyles, qui a quitté les Maritimes pour venir s’installer à Boisbriand, il y a trois ans.

Natif de Gander, à Terre-Neuve, le numéro 94 de l’Armada a commencé à jouer au hockey dans cette petite municipalité de 10 000 habitants, une ville qui tourne autour de l’aéroport de l’endroit.

Chaussé des patins, pour Aaron, était naturel puisqu’il a vu son père jouer au hockey, alors que sa mère a pratiqué le patinage artistique. Aujourd’hui, le paternel travaille comme contrôleur aérien tandis que sa mère a lancé sa propre entreprise en marketing.

- Publicité -

Pendant qu’il jouait au hockey mineur, Hoyles avait la réputation d’être un défenseur offensif. Pour accéder au niveau supérieur, il a dû modifier son style. Au cours de ses deux premières années dans la LHJMQ, on a vu davantage son côté défensif et sa robustesse.

«Quand tu veux accéder à un niveau supérieur, tu dois parfois changer ton style, a indiqué l’entraîneur Jean-François Houle. Aaron a amélioré son jeu défensif et il s’est rapidement imposé physiquement, n’hésitant pas à défendre ses coéquipiers. C’est un joueur très respecté dans la chambre et par les autres équipes.»

Pour le principal intéressé bien jouer défensivement est devenu une fierté. «Dans une équipe, chaque joueur à un rôle. J’ai travaillé fort pour améliorer mon jeu défensif et je suis fier du joueur complet que je suis devenu», a mentionné Hoyles.

À 19 ans, il pourrait amener plus d’offensive à son équipe au cours de cette troisième année, mais ce n’est pas la première préoccupation de ce vétéran. «Ce qui est important pour moi, c’est de bien jouer défensivement et de faire une bonne première passe, a-t-il insisté. C’est sûr que je veux aider mon équipe le plus possible, mais je ne me mets pas de pression au niveau des points.»

Étudier en anglais

Pour poursuivre son rêve de jouer au hockey le plus longtemps possible, le Terreneuvien a accepté de venir s’établir dans un milieu essentiellement francophone et, contrairement à la croyance populaire, il est devenu un meilleur étudiant.

«Il n’était pas trop axé vers ses études à son arrivée, mais il a développé son autonomie et c’est un bel exemple de réussite», a soutenu Houle.

C’est dans un local aménagé au deuxième étage du Centre d’excellence Sports Rousseau que Hoyles fait ses travaux et suit ses cours par correspondance.

«Nous avons un excellent programme scolaire, ici, et deux excellents tuteurs avec l’Armada. Ils nous aident quand nous avons de la difficulté à comprendre et ils nous encadrent très bien. J’ai appris à m’organiser», a souligné Hoyles.

L’an passé, il a même mérité un titre de joueur-étudiant du mois au sein de l’Armada. «Quand tu es discipliné et que tu suis tes objectifs, c’est possible d’étudier tout en jouant dans la LHJMQ. J’espère pouvoir prendre cours universitaire à compter de Noël.»

Aider les jeunes

Au sein d’une brigade défensive qui tente de pallier les pertes de Xavier Ouellet, Samuel Carrier et Christian Marti, la connaissance du système de jeu d’un vétéran comme Hoyles est un plus pour son entraîneur.

«C’est un joueur qui est robuste et qui connaît son rôle au sein de l’équipe. C’est un leader que tout le monde respecte dans la chambre et à travers la ligue, a déclaré son entraîneur. C’est un gars qui peut prendre la parole et qui peut parler aux jeunes. Il peut les aider dans leur positionnement parce qu’il connaît bien notre système.»

Le numéro 94 est conscient du rôle de vétéran qui l’attend. «Nous avons plusieurs bons jeunes joueurs, ici, et je vais essayer de bien m’acquitter de mon rôle de leader. Je vais partager mon expérience, je sais comment c’est difficile de jouer trois parties en trois soirs.»

Depuis le début de sa carrière, il a fait bouger les cordages à une seule occasion et c’était lors de sa saison recrue, le 27 janvier 2012, contre Moncton. En quatre parties, cette saison, il a amassé trois passes.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top