- PUBLICITÉ -
Stefan Matteau jr poursuit son apprentissage

Stefan Matteau jr continuera son apprentissage avec le programme américain des moins de 18 ans, afin d’être sélectionné le plus haut possible lors du repêchage de la LNH.

Stefan Matteau jr poursuit son apprentissage

Un Blainvillois au pays de l'Oncle Sam

Le Blainvillois Stefan Matteau jr connaît une excellente saison avec le programme américain des moins de 18 ans, à Ann Arbour, au Michigan.

En 28 rencontres, il a récolté 23 points et il se retrouve au sommet des pointeurs de son équipe. Le programme américain des moins de 18 ans prévit de une à trois parties par semaines contre des équipes universitaire allant de division 3 à la division 1, mais la formation américaine participe également à des rencontres internationales.

«L’an passé, on était plus en gymnase que cette année, explique le joueur de 17 ans. Comme c’est notre année de repêchage, on joue beaucoup plus de parties afin de se faire voir des recruteurs.»

En jouant contre des équipes universitaires, Matteau a l’occasion d’évoluer contre des joueurs plus âgés pouvant avoir jusqu’à la mi-vingtaine, ce qui n’est pas mauvais pour le développement.

«C’est sûr que c’est bon pour notre apprentissage de jouer contre des hommes, mais les recruteurs viennent surtout nous voir jouer quand nous affrontons des équipes des autres pays afin de nous mesurer aux autres joueurs de notre âge», dit-il.

Un joueur robuste

À l’instar de son père, Stefan jr a le gabarit de l’emploi et il ne se cache pas pour s’en servir. «J’aime me servir de ma taille et me placer devant le filet», dit-il.

À six pieds, un pouce et 213 livres, Matteau est ce qu’on peut considérer comme un attaquant de puissance et, pour le moment, son nom figure sur la liste de la Centrale de recrutement de la LNH. Parmi les patineurs nord-américains, il est classé dans les deux premières rondes.

«Je n’ai pas de contrôle là-dessus et je préfère me concentrer sur mon travail sur la glace que de me soucier de ça, a-t-il mentionné. C’est sûr que j’y pense parce que c’est ma première année d’éligibilité, mais je n’en fais pas une obsession.»

Comme tout athlète, il doit travailler sur certaines choses et Matteau jr aimerait bien améliorer son explosion :«Mes premiers coups de patin ne sont pas les plus rapides, étant donné mon poids, mais c’est une chose qui peut s’améliorer.»

Double citoyenneté

Stefan Matteau jr a vu le jour à Chicago, alors que son père, Stéphane Matteau, portait les couleurs des Blackhawks de Chicago. Il bénéficie donc de la double citoyenneté.

Il a donné ses premiers coups de patins aux États-Unis avant que sa famille vienne s’installer à Blainville, après que le paternel eut pris sa retraite.

Atome, il jouait pour les Bastions de Blainville, avant d’enfiler le chandail des Conquérants des Basses-Laurentides. À 14 ans, il a pris le chemin de la Saskatchewan pour jouer pour le Collège Notre-Dame, là où Vincent Lecavalier, Brad Richards et Jordan Eberle ont également évolué.

Ayant manifesté son désir de poursuivre sa carrière aux États-Unis, les Saguenéens de Chicoutimi ont quand même décidé de le sélectionner en 2e ronde, en 2010.

Même s’il n’a pas porté les couleurs de la formation chicoutimienne, les dirigeants des Saguenéens ont tout de même gagné leur pari puisque l’Armada de Blainville-Boisbriand vient de faire son acquisition en retour des choix de 1ère ronde en 2013, de 2e ronde en 2014 et de 3e ronde en 2012 (celui des Tigres de Victoriaville). Dans cette transaction, es Saguenéens ont aussi donné à l’Armada leur choix de 3e ronde en 2013.

Pas avant 2012-2013

Stefan Matteau jr s’était entendu avec l’Université du North Dakota pour la saison prochaine, mais quand la transaction dans la LHJMQ a été annoncée sur le site Internet de l’équipe, on écrivait que Matteau allait vraisemblablement jouer au Québec la saison prochaine, où il irait rejoindre son père Stéphane qui en est l’entraîneur adjoint.

«Il n’y a toujours pas d’entente avec l’Armada, mais dans mes plans, je vais jouer à Boisbriand la saison prochaine. Je vais pouvoir demeurer chez moi, jouer pour mon père et surtout avoir un calendrier qui se rapproche de celui de la Ligue nationale.»

Mardi matin, il a confirmé par l’entremise de son compte Twitter que sa décision était prise et qu’il jouerait pour l’Armada l’année prochaine.

Pour Joël Bouchard, c’est important que le jeune homme complète sa saison aux États-Unis. «Ça ne serait pas intelligent de quitter le programme américain dans le milieu de la saison, explique le directeur général de l’Armada. Il pourrait porter les couleurs des États-Unis pour le Championnat du monde junior, soit l’an prochain ou l’année suivante. Il ne faut donc pas lui enlever cette chance.»

Les partisans de l’Armada devront attendre l’année prochaine pour analyser l’importante transaction qu’a réalisée Joël Bouchard avec Marc Fortier, son homologue des Saguenéens de Chicoutimi.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top