- PUBLICITÉ -

L'Armada attendait fermement les Islanders samedi soir. Les deux formations avaient croisé le fer la semaine précédente lors du voyage dans les Maritimes de la Flotte. (Crédit photo: Sylvain Charest)

Quatre points maintiennent la Flotte dans le peloton

Impliquée dans une course aux séries pour le cinquième rang, l’Armada a comblé son retard de cinq points qu’elle accusait sur les Foreurs. Elle se retrouve dans la lutte avec Val-d’Or et les Olympiques de Gatineau qu’elle a battu 6-5, jeudi dernier, pour le cinquième rang dans l’Ouest.

La Flotte a accentué la pression en remportant sa joute de samedi 4-1 contre aux Islanders de Charlottetown. Les unités spéciales qui ont dicté le ton pour, samedi soir.

La Flotte a déjoué à trois occasions la septième unité en désavantage numérique de la LHJMQ. Antoine Demers, Miguel Tourigny et Luke Henman ont tous déjoué Matthew Welsh sur le jeu de puissance. C’était la troisième fois cette saison que la Flotte marquait trois filets sur l’avantage numérique.

Brendan Cregan s’est une fois de plus illustré dans la rencontre, en bloquant 39 lancers dans la joute. Le Néo-écossais a accordé de nombreux longs au cours du dernier tiers, en arrêtant les 20 lancers qu’il a reçu dans l’engagement. Cependant, depuis quelques matchs, l’Armada est parvenue à limiter les tirs dangereux aux équipes adverses.

« On concède les tirs de loin en sachant que Cregan va faire les arrêts, précisait Bruce Richardson. On se concentre beaucoup en avant du filet en limitant les chances de marquer de l’enclave. On fait un excellent travail à ce niveau plus qu’il y a trois semaines. Ce qui fait aussi qu’on a du succès défensivement, on passe plus de temps en attaque et on entame le match avec le désir de gagner et non la crainte de perdre. »

Rannisto plus confiant

Dans les derniers mois, Bruce Richardson se questionnait aux performances que pouvait livrer le défenseur Jasper Rannisto. La période d’adaptation étant passée, le Finlandais ne semblait pas répondre aux exigences de l’entraîneur. Par contre, depuis le match contre Sherbrooke, l’arrière a commencé à montrer plus de stabilité dans son jeu.

« Il joue avec un petit plus de confiance. Ce qui fait qu’il a du succès, c’est qu’il n’essaye pas d’en faire un trop. Parfois, la pression d’un joueur qu’a d’être étiqueté comme « euro » l’empêche de se concentrer sur son rôle et il veut trop en faire. Là, il se focalise sur son travail, il garde le jeu simple. En ce moment, il joue au hockey. »

Le Finlandais a plus de confiance en lui, mais l’attitude a également changé.

« Tu vois qu’il est plus en confiance et enthousiaste, a poursuivi l’homme de 41 ans qui trouve que ses joueurs portent plus attention aux petits détails récemment. Quand on a marqué dans le filet désert, il sautait comme un enfant dans un magasin de bonbons. Ça l’a attiré mon attention. Il est engagé et il commence à y prendre goût. »

Combler les absences

Actuellement, Bruce Richardson se doit d’être créatif afin d’afficher un alignement complet. Avec les commotions cérébrales à Zachary Roy et Alec Reid et les deux devraient revenir bientôt. En contrepartie, l’entraîneur commence à prendre goût à jouer avec 11 attaquants.

« Ça force les défenseurs à rester sur le qui-vive, ça les garde allumer et ils doivent travailler pour leur temps de glace. S’il y en a un qui n’a pas ‘punché’ le soir du match, ça fait en sorte qu’il y en a un autre qui peut prendre la relève et ça permet de récompenser certains attaquants sur la quatrième ligne. »

Tout ça alors que l’Armada disputera une série aller-retour cruciale contre les Tigres de Victoriaville mercredi et vendredi soir. Une équipe qu’elle pourrait affronter au premier tour.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top