- PUBLICITÉ -
Portrait de Samuel Hodhod: Du patinage artistique au hockey

Samuel Hodhod a pratiqué le patinage artistique avant de jouer au hockey.

Portrait de Samuel Hodhod: Du patinage artistique au hockey

Tout comme Jeff Skinner, des Hurricanes de la Caroline, le nouveau venu Samuel Hodhod a donné ses premiers coups de patin en tant que patineur artistique.

Sa tante donnait des cours de patinage artistique à Montréal et c’est ainsi qu’il a commencé à patiner. «Je me débrouillais bien, je commençais à faire des petits sauts et des pirouettes, mais à cinq ans, quand mon entraîneur m’a dit que je devrais porter des collants pour prendre part à des compétitions, j’ai tout lâché», raconte le jeune homme.

Sa mère lui a alors mis un bâton de hockey dans les mains et depuis, il ne l’a pas lâché: «J’ai évolué dans la région du Lac-Saint-Louis avant d’aller jouer au niveau peewee AAA, avec les Little Ceasars de Détroit.»

De retour au Québec, il a joué dans le bantam AA à Verdun, avant d’être promu à 14 ans dans le midget espoir. Dans le midget AAA, il a porté les couleurs des Patriotes de Châteauguay, avant d’être repêché en deuxième ronde par les Cataractes de Shawinigan.

À 16 ans, il a fait le saut dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, où il a récolté sept buts et neuf passes en 47 rencontres. Cette année-là, il a représenté le Québec au Défi mondial des moins de 17 ans.

Au cours de l’été, les Cataractes ont échangé Hodhod aux Screaming Eagles du Cap-Breton. «J’étais déçu parce que les Cataractes étaient assurées de prendre part à la prochaine Coupe Memorial, mais je savais que je me joignais à une bonne organisation.»

Avant que la saison débute, il a pris la décision de revenir chez lui afin de se consacrer à ses études. «Ce n’est rien contre l’organisation du Cap-Breton. Il est arrivé beaucoup de choses l’année passée et j’ai décidé de revenir à la maison», dit-il.

Il a frappé tôt

Au début du mois de janvier, le directeur général de l’Armada, Joël Bouchard, a annoncé qu’il avait fait l’acquisition de Samuel Hodhod et d’un choix de septième ronde (celui des Remparts de Québec), en retour du gardien William Racicot et d’un choix de deuxième ronde en 2013.

Dès son premier match dans son nouvel uniforme, il a fait bouger les cordages. Il n’y avait que 35 secondes d’écoulées à la rencontre qu’il avait déjà concrétisé une chance de marquer.

«Ç’a été facile de m’intégrer puisque c’est vraiment un bon groupe de gars et les entraîneurs m’ont bien accepté, a-t-il lancé. Comme je n’avais pas joué depuis le début de la saison, mon coup de patin n’est pas encore à point, mais je trouve que ça va quand même bien.»

Tel frère, telle sœur!

Samuel n’est pas le seul membre de sa famille à démontrer du talent au hockey. Sa sœur, Taylor, qui est âgée de 16 ans, évolue pour l’équipe féminine de hockey de l’école Hotchkiss School, à Lakeville, au Connecticut. De plus, elle sera du prochain camp d’entraînement de l’équipe du Québec des moins de 18 ans.

Samuel et Taylor ont du sang libanais et italien dans les veines. Leur père, Robert, est d’origine libanaise, alors que leur mère, Helena Grimaldi, est Italienne.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top