- PUBLICITÉ -
Portrait de Cédric Paquette: Il n'y a pas qu'un chemin menant à la LHJMQ

Avec 18, Cédric Paquette est le meilleur buteur de l’Armada depuis le début de la saison. Jess Tanguy, Xavier Ouellet et Raphaël Pouliot suivent avec 14 chacun.

Portrait de Cédric Paquette: Il n’y a pas qu’un chemin menant à la LHJMQ

Si la plupart des joueurs passent par le hockey d'élite pour arriver au circuit Courteau, il y en a toujours qui sortent du lot et le meilleur buteur de l'Armada, Cédric Paquette, est l'un de ceux-là.

Originaire de Rivière-au-Renard, une municipalité maintenant jumelée à Gaspé, Paquette a connu un parcours peu orthodoxe avant d’évoluer pour l’Albatros du collège Notre-Dame, dans la Ligue de hockey Midget AAA.

En Gaspésie, tout le monde joue dans le A, et ce, du novice au bantam. «J’aurais pu décider d’aller jouer dans le double lettres, mais c’était à cinq heures de route de chez nous, indique le numéro 18 des Blainvillo-Boisbriannais. J’ai joué dans mon coin jusqu’au Bantam A et après, j’ai tenté ma chance au camp de l’Albatros.»

C’est d’ailleurs son entraîneur au niveau bantam qui semble avoir ouvert des portes à Paquette afin qu’il puisse joindre cette équipe. Jeff Cotton a joué trois ans avec les Foreurs de Val-d’Or, au début des années 2000. Outre Cotton et maintenant Paquette, Ken Dufresne est un autre joueur de hockey de Rivière-au-Renard qui a atteint la LHJMQ. Tout comme Yan Bouchard  qui a disputé 18 parties avec l’Océanic de Rimouski au milieu des années 90.

«Jeff Cotton a fait les démarches pour que je puisse participer au camp midget AAA. C’était vraiment un beau geste de sa part, mentionne Paquette. Lui et Ken Dufresne avait choisi l’option de quitter la région pour évoluer dans le double lettres avant de poursuivre leur ascension.»

C’est également le choix qu’avaient fait Christopher Clapperton et sa famille, quand ils ont choisi de quitter Cap d’espoir pour s’installer à Mont-Joli, afin qu’il puisse évoluer au niveau AA.

Trois ans dans le midget AAA

Paquette a finalement fait le saut dans le midget AAA à l’âge de 15 ans. En 45 parties, il a obtenu 12 buts et six passes. «La première année n’a pas été la plus facile. J’ai vraiment eu une bonne période d’adaptation, mais c’est un peu normal, avec le saut que je venais de faire», analyse-t-il.

Comme iil n’avait pas été sélectionné par une formation de la Ligue junior majeur du Québec, il est donc retourné à Rivière-du-Loup pour une deuxième année afin de jouer à nouveau dans le midget AAA. L’année suivante, il a amassé 28 points, dont dix buts, en 32 rencontres.

«Je connaissais une bonne saison, mais je me suis blessé au dos, raconte-t-il. Le Junior de Montréal m’a repêché, mais comme l’organisation tentait d’aller le plus loin possible, les places étaient rares. La direction m’a suggéré de jouer une autre saisondans le midget AAA et je dois avouer qu’elle a été bénéfique pour ma confiance.»

En 34 matchs, Paquette a marqué 28 buts et récolté 27 mentions d’aide.

Meilleur buteur de l’Armada

Même s’il ne jouait pas du mauvais hockey au début de la saison, Paquette ne parvenait pas à toucher la cible avec autant de régularité qu’il le fait depuis son retour au jeu, au mois de décembre, après avoir été tenu à l’écart en raison d’une blessure à l’épaule.

L’Armada de Blainville-Boisbriand comptait, au moment d’écrire ces lignes, huit marqueurs de 10 buts et plus et c’est Paquette qui se retrouvait au sommet de la pyramide, avec 18. En huit rencontres depuis le 27 décembre, il a marqué sept buts et récolté deux passes. Il a été blanchi à trois reprises et il a réussi trois doublés au cours de cette période.

«Ça va bien depuis le retour du temps des fêtes, indique-t-il. Au début de l’année, j’ai dû m’adapter, mais maintenant je joue avec confiance.»

Repêchage de la LNH

Cédric Paquette est un joueur qui peut tout faire sur la patinoire. Il est bon défensivement, il peut marquer des buts, il va dans les coins récupérer des rondelles, il perd rarement une bataille à un contre un et il gagne des mises au jeu.

«C’est un joueur que les entraîneurs aiment avoir sous leurs ordres, souligne Jean-François Houle. C’est un joueur très intelligent sur la patinoire. Il connaît un peu plus les autres équipes et il a gagné en confiance.»

Il y a deux semaines, la Centrale de recrutement de la Ligue nationale de hockey a fait connaître sa liste de la mi-saison et le nom de Cédric Paquette n’y figure pas, mais le principal intéressé ne s’en fait pas avec ça. Il a d’ailleurs parlé avec deux formations du circuit Bettman.

«Au début de la saison, je ne pouvais pas m’imaginer discuter avec des équipes de la LNH, a-t-il mentionné. Je me concentre sur ma saison et si tout va bien, je vais forcer la main des équipes. Pour le moment, nous ne sommes qu’à la mi-saison et ça ne fait que commencer. On verra à la fin de la saison.»

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Concours

Concours Gagnez vos sorties resto
- PUBLICITÉ -
Top