- PUBLICITÉ -
«On fait nos plans comme si Matteau demeurait avec les Devils» —Jean-François Houle

Selon Pierre Mondou (dépisteur chez les Devils)

«On fait nos plans comme si Matteau demeurait avec les Devils» —Jean-François Houle

Matteau toujours dans l’incertitude

Stefan Matteau a disputé cinq matchs avec les Devils du New Jersey, mais il demeure toujours dans l’incertitude quant à son avenir. Pour l’instant, on sait seulement qu’il passera quelques jours supplémentaire avec la formation de la Ligue nationale de hockey.

«De notre côté, on regarde vers l’avant, insiste l’entraîneur de l’Armada Jean-François Houle. Pour le moment, il n’est pas là et on doit préparer l’équipe en conséquence. S’il revient, tant mieux.»

Pierre Mondou, dépisteur chez les Devils, ne cache pas sa surprise de voir Matteau toujours avec la formation. «La direction ne nous donne aucune information à ce sujet, a-t-il affirmé. Je sais que l’entraîneur l’aime beaucoup et, au bout du compte, c’est lui qui prend la décision.»

Matteau dans la Ligue américaine ?

La nouvelle convention collective permet à une formation de faire jouer cinq matchs à un joueur d’âge junior avant de le retourner à son équipe de la ligue canadienne, sans entamer son premier contrat professionnel.

Matteau jr a disputé ses cinq rencontres et le match de jeudi, contre les Islanders, sera son sixième, s’il n’est pas laissé de côté, mais voilà qu’une subtilité fait surface.

Le Blainvillois n’évoluait pas avec une formation de la Ligue canadienne de hockey quand les Devils en ont fait leur choix de première ronde, en juin dernier, mais bien avec le programme des moins de 18 ans des États-Unis.

Cette petite subtilité fait en sorte que les Devils pourraient choisir d’envoyer leur gros attaquant à Albany au lieu de Blainville-Boisbriand.

Il y a une entente entre la LCH et la LNH qui stipule que si un joueur de l’un ou l’autre de ces trois circuits ne joue pas dans le circuit Bettman à 18 ou 19 ans, ce joueur doit retourner à son équipe junior.

Voilà qui ne serait pas le cas de Matteau puisqu’il portait les couleurs de l’équipe américaine des moins de 18 ans quand il a été sélectionné.

Des coéquipiers bien fiers

«On est content pour lui qu’il puisse vivre cette expérience, a indiqué Samuel Carrier, le vétéran défenseur de l’Armada. On aimerait ça le revoir avec l’Armada, parce que c’est un gros morceau, mais nous lui souhaitons de demeurer avec les Devils.»

Les joueurs de l’Armada sont bien contents de ce qui arrive à leur coéquipier. Certains étaient dans les gradins pour assister à ses premiers coups de patins sur la glace du Centre Bell, dimanche dernier.

Samuel Carrier, Nikita Jevpalovs, Pier-Olivier Grandmaison, Cédric Paquette, Christopher Clapperton et Julien Bahl ont regardé cette rencontre d’un oeil différent.

«C’est vraiment gros ce qu’il est en train d’accomplir, a mentionné Carrier. Il y a deux semaines, il jouait avec nous et le voilà qui côtoie les joueurs que nous regardons à la télé depuis qu’on est jeune.»

Carrier et Clapperton ont attendu Matteau dans le garage où l’autobus de l’équipe visiteuse attend les joueurs avant de se diriger vers l’hôtel ou l’aéroport. Ils en ont profité pour se faire prendre en photo avec Ilya Kovalchuk.

«On pense qu’on est loin de tout ça, la LNH, mais on se rend compte qu’on ne l’est pas tant que ça. C’est la première fois que je vois un coéquipier évoluer dans la Ligue nationale, disons que ça fait spécial.»

Jevpalovs, de son côté, en était à sa première visite au Centre Bell, gracieuseté de Marc-Olivier Roy qui lui avait remis le billet reçu pour son titre de joueur du match, mérité samedi dernier.

«C’était vraiment excitant de voir Stefan sur la glace et de l’encourager à marquer son premier but dans la LNH. Il a joué un excellent match et je lui souhaite de demeurer avec les Devils.»

Âgé de 16 ans, Julien Bahl, qui ne sera éligible au repêchage de la LNH qu’en 2014, a vécu un bon moment. «C’est un bon feeling de voir un coéquipier sur la glace avec une équipe de la LNH. C’est bon parce qu’on jouait avec lui dans les entraînements et ça nous permet de nous comparer. On se dit que ça peut être possible un jour», a mentionné Bahl.

Le numéro 81 de l’Armada avoue qu’il n’a pas regardé le match de la même façon. «C’était vraiment différent, a-t-il souligné. Je regardais le match, mais j’essayais plus de voir ce qu’il (Stefan Matteau) faisait sur la glace et il a vraiment bien fait ça. C’était impressionnant.»

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours Mariage 3k
- PUBLICITÉ -
Top