- PUBLICITÉ -
Journal Nord Info et La Voix des Mille-Îles

Marc‑Olivier

Blessé depuis son retour d’Edmonton

En participant au camp d’entraînement des Oilers d’Edmonton, Marc‑Olivier Roy ne devait rater que le premier week‑end d’activité. Blessé, il n’a toujours pas renoué avec l’action et il semble que ça ne sera pas pour cette fin de semaine.

Le numéro 11 de l’Armada a rencontré le médecin, mardi, et il a reçu le feu vert pour recommencer à lancer des rondelles, mais il n’a pas obtenu l’autorisation de disputer des rencontres. «Le docteur aimerait que je retrouve la force dans mon poignet avant de jouer des matchs», a‑t‑il mentionné.

Il devrait donc avoir raté les 13 premiers matchs de l’Armada quand il endossera l’uniforme pour la première fois de la saison. C’est la première fois de sa carrière qu’il est tenu à l’écart aussi longtemps pour une blessure, une situation qu’il trouve difficile.

«C’est mentalement difficile, a‑t‑il avoué. Quand tu es un joueur de hockey, tu aimes être sur la glace avec les gars et c’est ce qui me manque le plus. J’ai hâte de marquer un but et d’entendre la foule. Disons que c’est ennuyant être dans les gradins.»

Même s’il est un rouage important de la formation blainvillo-boisbriannaise, l’équipe a connu du succès en son absence en remportant ses dix premiers matchs avant de s’incliner en prolongation lors du dernier match. «Je sais que je peux apporter de l’offensive à l’équipe, c’est donc positif pour l’avenir», dit‑il.

Selon les dires de son entraîneur, Roy devrait retrouver son poste à son retour. «Il va amener une autre dimension à l’équipe, surtout sur notre avantage numérique. Nous avons hâte qu’il soit de retour, mais pas question de précipiter les choses. C’est le médecin qui va décider et on ne sera pas influencés par la liste de blessés qui s’allonge», a mentionné Jean‑François Houle.

Jouer malgré la douleur

C’est au quatrième match du camp des recrues des Oilers que le Boisbriannais s’est blessé, alors qu’il a reçu un coup de bâton sur le poignet. «On ne savait pas qu’il était fracturé; j’ai joué malgré la douleur lors des autres matchs et pour le match pré‑saison avec les Oilers.»

Une convalescence bénéfique

Même s’il trouve difficile de ronger son frein, il avoue qu’il a pu en profiter pour améliorer d’autres aspects de son jeu et de sa condition physique.

«Je suis plus en forme que jamais, a‑t‑il déclaré. J’ai plus d’endurance et j’ai pu travailler mes jeux de pied sur la glace. Quand mon poignet sera à 100 %, je serai au sommet de ma forme.»

Même s’il a trouvé le temps long dans les gradins, il avoue avoir pu tirer des leçons. «C’est sûr qu’en regardant le jeu d’en haut, comme ça, on remarque que tous les petits détails peuvent faire une différence dans un match», analyse‑t‑il.

Bilan médical

Au moment d’écrire ces lignes, l’entraîneur était assuré d’être privé de Marc‑Olivier Roy, Emil Aronsson, David Bédard et Julien Bahl pour les matchs du week‑end, soit à Gatineau (samedi) et à Boisbriand (dimanche) contre Rimouski.

Christopher Clapperton, Guillaume Beaudoin et Olivier Picard étaient toujours des cas incertains.

Dans le Livre de bord

Pour une deuxième semaine consécutive, l’Armada de Blainville-Boisbriand pointe au premier rang du classement de la Ligue canadienne de hockey BMO. Le Noir et Blanc demeure la seule équipe au pays à ne pas avoir perdu en temps régulier depuis le début de la saison.

•••

Le Rosemèrois Anthony DeLuca, de l’Océanic de Rimouski, n’a pas été blanchi de la feuille de pointage depuis le début de la saison. En 12 rencontres, il a marqué dix buts et récolté dix passes, pour un total de 20 points.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top