- PUBLICITÉ -

Samuel Boileau est venu en relève à Gabriel Waked après 150 secondes de jeu. Il a reçu 35 lancers et a effectué quelques petits vols. (Crédit photo: Sylvain Charest)

Le front des Voltigeurs imperturbable contre la Flotte

À deux reprises, les Voltigeurs ont frappé deux fois ou plus en l’espace de 150 secondes dans la rencontre. Malgré un changement de gardien, l’Armada n’a pu changer le rythme en route vers une huitième défaite lors de ses neuf derniers matchs, cette fois-ci par la marque de 7-2.

Dès le départ, Nicolas Guay et Benjamin Corbeil ont fait sonner la sirène chassant Gabriel Waked de la rencontre.

« Encore une fois, quand tu donnes deux buts sur trois tirs, la montagne commence à être difficile, avouait Richardson. Tu forces des jeux pour essayer de produire et de l’autre côté, c’est une bonne équipe. Quand tu leur donnes des opportunités, ils la mettent dedans. »

Malgré un début de période médiane hargneux de la Flotte, les Voltigeurs renversent la vapeur. À mi-chemin et encore une fois en l’espace de 150 secondes, Drummondville a vu Félix Lauzon marqué deux fois et Jarrett Baker réussir son troisième filet de la campagne.

« Ils travaillent bien pour garder les gars à l’extérieur, expliquait l’entraîneur de 41 ans. Ils ont de gros défenseurs qui sont bons pour dégager le devant du filet pour que le gardien voie les tirs, mais c’est à nous travailler. (…) Personne ne peut dire qu’on a perdu 7-2 et qu’on s’est pogné le derrière, ce n’est pas le cas. »

À la fin de la période, Anthony Poulin a redirigé le tir de Simon Pinard en avantage numérique enfilant son 3e de la saison.

Au dernier tiers, Dawson Mercer et Nicolas Beauvillier ont accentué l’avance de Drummondville alors que Simon Pinard a déjoué Olivier Rodrigue d’un tir vif.

Un retour qui fait du bien

Avec le départ de Pascal Corbeil, l’Armada a acquis des choix de troisième, quatrième et cinquième ronde en 2019, 2020 et 2021. Du même coup, cette transaction marquait le retour au sein de la Flotte de Tyler Hylland.

Il fallait remonter en avril 2016 pour voir le Châteauguois arborer l’uniforme blanc et noir. Par ce fait même, il a renoué avec un ancien compagnon de trio à ses premiers pas dans la ligue.

« C’était quelque chose de spécial de retrouver Katerinakis. On est rentré dans la ligue ensemble. On a vécu de mauvais et de beaux moments. Nous étions vraiment contents de nous retrouver, exprimait celui qui se sentait redevable au personnel de Blainville-Boisbriand. Ç’a été le premier joueur que j’ai appelé quand j’ai su que je revenais. »

L’attaquant de 20 ans a voyagé d’une extrémité à l’autre de la ligue. Avant de démarrer la saison à Baie-Comeau, il avait joué les deux précédentes au Cap-Breton. Son retour signifiait également que les chances d’aller jusqu’au bout cette saison ont drastiquement chuté.

« Tu prends les bons avec les mauvais quand j’ai su que je m’en venais ici, j’étais déçu de ne pas me retrouver avec une équipe qui tentait de tout gagner. Après réflexion, ce n’est pas tous les joueurs qui peuvent finir leur carrière junior là où ils ont commencé », justifiait serein l’auteur de 17 points cette saison.

Le retour de du numéro 18 a signifié les retrouvailles entre des anciens des Grenadiers de Châteauguay.

« Tyler va jouer en meneur et tellement amener une belle attitude dans l’équipe. J’ai un très bon lien avec lui. Nous sommes allés à la Coupe Telus ensemble et on a gagné dans le Midget AAA, se souvenait Bruce Richardson. Il a débuté ici et il va terminer ici. J’ai toujours dit que quand tu gagnes avec quelqu’un ça reste gravé dans ton cœur et tu vas marcher ensemble avec eux. »

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours Sucré
- PUBLICITÉ -
Top