- PUBLICITÉ -

Charles-Edward Gravel et Alexandre Joncas, de l'Armada de Blainville-Boisbriand. Crédits: Sébastien Gervais.

L’Armada demeure invaincue!

L’Armada de Blainville-Boisbriand a obtenu une quatrième victoire en autant de matchs depuis le début de la saison en ayant raison des Foreurs de Val-d’Or, en prolongation, par la marque de 3 à 2 vendredi soir au Centre excellence Sports Rousseau. Comme contre les Huskies de Rouyn-Noranda hier, l’Armada a dû jouer du hockey de rattrapage, mais s’en est finalement bien tiré.

La première période du match était pratiquement un copier-coller du match de la veille. Malgré de longues présences dans la zone adverse, les hommes de Bruce Richardson ont vu leurs adversaires être plus opportunistes, et ce, très tôt dans la rencontre. Zachaël Turgeon a réussi à tromper la vigilance du gardien Charles-Edward Gravel avec moins d’une minute de jouée dans le match. Après que les deux équipes se soient échangé les chances de marquer, ce sont les Foreurs qui ont capitalisé, gracieuseté du vétéran Émile Lauzon, qui a battu le cerbère de l’Armada d’un bon tir du revers dans la lucarne par-dessus la mitaine.

Alexis Gendron, encore!

L’Armada a bénéficié d’un avantage numérique en début de deuxième période et elle est passée bien près de réduire l’écart à plusieurs reprises, notamment grâce à Alexis Brisson qui s’est fait voler par Philippe Cloutier. Toutefois, quelques minutes plus tard, Alexis Gendron, fort d’un match de quatre points la veille, a enfilé le premier but des siens à l’aide d’un bon tir qui a battu le gardien adverse entre les jambières. Les esprits se sont échauffés en fin de période, alors que Miguël Tourigny, Simon Pinard et Alexis Gendron ont été chassés tour à tour pour des altercations après le coup de sifflet.

Une fin de match qui comble les partisans

Miguël Tourigny, qui a été intense et au bord de la limite tout au long du match, a finalement jeté les gants contre William Pronovost en milieu de troisième période. Cette situation aurait pu être dangereuse pour l’équipe, qui se retrouvait amputée de son meilleur défenseur pour le reste du match, alors qu’elle tirait toujours de l’arrière par un but. Par contre, cette bagarre a semblé fouetter l’équipe, car seulement 10 secondes après le combat, Simon Pinard a ramené tout le monde à la case départ en déjouant le gardien de Val-d’Or d’une feinte du revers entre les deux jambes.

Les deux équipes ayant joué prudemment en fin de période, personne n’a réussi à filer avec la victoire en temps réglementaire. Le duel est donc allé en prolongation, et 75 secondes après le début de la période, Émile Lauzon des Foreurs a été envoyé au cachot pour avoir accroché. Les joueurs de l’Armada n’en demandaient pas tant. C’est finalement Simon Pinard qui a tranché le débat avec son deuxième du match, en décochant un tir sur réception du cercle droit pour déclencher les festivités au CESR et ainsi conserver la fiche parfaite de l’Armada.

Les échos de vestiaire

Le capitaine Simon Lavigne, qui a terminé le match avec une fiche de +1, était fier de l’implication physique de ses coéquipiers : « On est une jeune équipe, mais on ne se laisse pas faire. Même si on a des petits joueurs, ils n’ont pas froid aux yeux et foncent dans le tas. C’est la preuve que notre équipe travaille fort, qu’ils ont le cœur sur la main et qu’ils veulent tout faire pour gagner », a-t-il expliqué après le match.

L’entraîneur-chef Bruce Richardson était aussi satisfait du jeu collectif de son équipe, et il a été impressionné par sa défensive, qui a freiné une équipe invaincue qui pouvait compter sur Justin Robidas, qui avait récolté cinq points en deux matchs : « Tous nos défenseurs ont eu beaucoup de temps de glace et on a créé des bons duels entre nos défenseurs et leurs trios offensifs. Ils ont fait du bon travail tout au long du match, ce n’est pas évident de toujours jouer contre les meilleurs joueurs adverses. »

Puis, Richardson a aussi parlé de son vétéran défenseur Miguël Tourigny, qui a joué à un jeu dangereux ce soir, mais qui a finalement porté ses fruits : « C’est un gars très intense, il a du caractère et c’est un grand compétiteur. Des fois il faut le calmer, il faut le gérer derrière le banc, parce que parfois il peut franchir la ligne, mais j’aime mieux avoir à retenir un gars que d’avoir à le pousser. »

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top