- PUBLICITÉ -
«J’ai pensé mettre un terme à ma saison en décembre» —

Étienne Marcoux recevra le trophée Jacques-Plante remis au gardien ayant conservé la meilleure moyenne de buts alloués au cours de la saison.

«J’ai pensé mettre un terme à ma saison en décembre» —

Récipiendaire du trophée Jacques-Plante

Pour avoir maintenu une moyenne de buts alloués de 2,14 par match, Étienne Marcoux a mis la main sur le trophée Jacques-Plante, au terme de la saison régulière, objet qu’on lui a remis jeudi, avant le premier match des séries éliminatoires.

Pourtant, en décembre, le gardien de l’Armada avait songé à mettre un terme à sa saison pour se faire opérer à l’épaule. Il s’agissait d’une deuxième blessure sérieuse à cette épaule en moins d’un an. «J’étais un peu découragé avec cette deuxième blessure, a admis Marcoux. Après avoir rencontré le médecin, j’ai su que ça prendrait un mois. Rater le camp de l’équipe canadienne n’a pas été facile à accepter.»

Il a finalement repris du collier au début de janvier et il a repris là où il avait laissé avant de se blesser. En affichant un pourcentage d’efficacité de 0,913, le numéro 93 de l’Armada a dominé tous ses confrères masqués dans les deux colonnes importantes.

Le Rosemèrois Zachary Fucale, des Mooseheads d’Halifax, a été son plus proche poursuivant au chapitre de la moyenne, avec 2,35. Au niveau du pourcentage d’efficacité, Antoine Bibeau, du Rocket de l’Île-du-Prince-Édouard, s’est classé deuxième, avec 0,911.

Devenir le meilleur de la LHJMQ

En juin dernier, Étienne Marcoux a vécu une première déception en étant ignoré au repêchage de la Ligue nationale de hockey. «J’ai décidé de redoubler d’ardeur et de mettre toutes les chances de mon côté pour attirer l’attention. J’avais l’objectif de devenir le meilleur gardien de la LHJMQ.»

Il s’est donc assis avec ses entraîneurs Marco Marciano et Maxime Vaillancourt pour dresser un plan afin de connaître une excellence saison. Il a ensuite été invité au camp de perfectionnement du Canadien de Montréal et des Flyers de Philadelphie.

Il a même obtenu une invitation au camp des recrues des Flyers de Philadelphie, mais le lock-out de la LNH l’a privé de cette vitrine. «C’est sûr que j’aurais aimé participer à un premier camp, mais je savais que c’était ici que j’allais passer la majeure partie de ma saison. C’est surtout pour l’expérience que ça aurait été bon.»

Il aura donc une deuxième chance d’entendre son nom, lors de la séance de sélection du 30 juin, au New Jersey, mais le portier de 19 ans ne se berce pas d’illusions.

«Si je suis sélectionné, tant mieux, mais j’ai davantage l’impression que je vais recevoir des offres de contrat après le repêchage. C’est souvent ainsi que ça se passe avec les joueurs qui en sont à leur deuxième année d’éligibilité.»

L’an passé, Marcoux a passé plusieurs entrevues avec les recruteurs des différentes équipes, alors que cette année, il a été interrogé par une seule formation.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours IGA DAIGLE
- PUBLICITÉ -
Top