- PUBLICITÉ -
Clapperton et Paquette ont choisi de demeurer ici

SourceURL:file://localhost/Users/m_brunelle/Desktop/2MBentra%C3%AEnementestival.doc

Clapperton et Paquette ont choisi de demeurer ici

Entraînement estival

Le trio composé de Cédric Paquette, Christopher Clapperton et Marc-Olivier Roy a connu une bonne fin de saison 2010-2011 et de bonnes séries éliminatoires. Les trois joueurs ont tous mis en oeuvre au cours de l’été pour propulser l’Armada pour la présente saison, en s’entraînant sous la gouverne de Stéphane Dubé et Stefano Lanni.

Paquette a été un choix de 4e ronde du Ligthning de Tampa Bay, Clapperton a été invité au camp de perfectionnement des Flyers de Philadelphie et Roy sera éligible au prochain repêchage. Son nom devrait être entendu en deuxième ronde.

Si, pour Roy, c’était naturel de s’entraîner à Boisbriand, sa ville natale, avec les mêmes préparateurs physiques de l’équipe, Clapperton et Paquette ont choisi de demeurer dans la région au lieu de retourner dans leur Gaspésie natale.

Clapperton l’acharné

C’est la première fois depuis qu’il a 13 ans que Clapperton ne passe pas l’été en Gaspésie. «Je voulais devenir un meilleur joueur de hockey, a lancé le numéro 57 de l’Armada. Ici, j’avais l’occasion de côtoyer d’autre joueur de la ligue et des joueurs professionnels.»

Clapperton avait déjà une bonne forme physique, mais selon l’entraîneur Stefano Lanni, il cherche constamment à se surpasser. «Clapperton veut toujours en faire plus ; il ne cesse de nous demander ce qu’il peut faire pour s’améliorer, a-t-il mentionné. Il n’est pas le plus grand, mais il s’organise pour compenser en étant un travailleur acharné.»

Paquette, un diamant à polir

«C’est sûr que c’est motivant de se rendre au Gymnase avec d’autres gars de l’équipe, a indiqué Paquette. Mais pour ma part, je voulais demeurer ici pour m’entraîner plus fort avec Stéphane Dubé.»

Le numéro 18 des Blainvillo-Boisbriannais n’a jamais eu de véritable schéma d’entraînement au cours de la saison morte, si bien que pour Lanni et Dubé, il était «flambant neuf».

«Avec Cédric, on a fait en sorte qu’il perde du poids avant d’en regagner en muscles», a souligné Lanni. «Je suis beaucoup plus en forme que l’année dernière, a avoué Paquette. Je suis moins gras et j’ai gagné beaucoup de maturité physique.»

Roy, le sérieux

Quand la saison de l’Armada s’est terminée, les joueurs ont pris quelques jours de repos. Immédiatement après, Marc-Olivier Roy a rencontré Stéphane Dubé et Stefano Lanni pour entreprendre sa préparation physique en plus d’avoir une rencontre avec le nutritionniste Jean-Philippe Groulx.

«Marco (comme tout le monde le surnomme) a été le plus assidu de tous nos joueurs, a soutenu Lanni. Il n’a raté aucune journée d’entraînement. Il a vraiment fait preuve de sérieux au cours de l’été. D’ailleurs, c’est le joueur qui est arrivé au camp d’entraînement de l’équipe le plus transformé sur le plan physique.

«Je me souviens qu’au début, Marco nous regardait et qu’il se demandait comment il pourrait suivre les autres, mais à la fin, il faisait du temps supplémentaire.»

Les trois compagnons semblent avoir privilégié la bonne option puisque Clapperton vient au 17e rang des meilleurs marqueurs grâce à une fiche de 14 buts et 13 passes tandis que Roy pointe au 28e échelon en vertu d’un dossier de 9 buts et 17 mentions d’aide et que Paquette arrive au 43e rang, lui qui a marqué huit fois et récolté 14 aides.

Des tests physiques

À chaque début de saison, les préparateurs physiques doivent procéder à des tests dont les résultats sont remis au personnel d’entraîneur par la suite. «Pour nous, c’est plus une base de donnée pour comparer des joueurs avec d’autres au cours des années, a-t-il expliqué. Prenons le cas de Marc-Olivier Roy ; supposons qu’un joueur de 16 ans arrive avec le même physique, on va pouvoir se servir de ces données à titre comparatif.»

Parmi les joueurs qui se sont signalés pendant les tests physiques, il faut noter la performance de Xavier Ouellet au niveau des pompes, tandis que Félix Plouffe a dominé ses coéquipiers pour les redressements assis.

«Ce qui est remarquable dans le cas de Plouffe, c’est que c’était sa faiblesse au début de la saison dernière», ajoute Lanni.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top