- PUBLICITÉ -
Alain Lacasse et Michel Ratté parmi les grimpeurs

(Photo Michel Chartrand)

Alain Lacasse et Michel Ratté parmi les grimpeurs

Résidants de Sainte-Anne-des-Plaines et Mirabel

Du 15 au 30 octobre 2010, 25 grimpeurs prendront d’assaut le Kilimandjaro au profit de la Fondation de l’Hôpital régional de Saint-Jérôme. Parmi eux, Alain Lacasse, directeur des loisirs et résidant de Sainte-Anne-des-Plaines, et Michel Ratté, paramédic et résidant de Mirabel.

Si l’ascension du Kilimandjaro représente un rêve en soi, l’associer à la cause des enfants malades (les fonds amassés serviront à financer les futurs besoins en pédiatrie de l’Hôpital régional de Saint-Jérôme) permet à chacun d’eux de donner un sens tout autre à la démarche. Rencontre avec deux hommes déterminés à aller au bout de leur rêve.

Alain Lacasse

Amateur de tout ce qui concerne les activités de plein air (vélo, ski de fond, camping d’hiver, etc.), Alain Lacasse a tout de suite su que cette aventure lui était destinée. «Quand j’ai vu l’annonce de la Fondation, en juin dernier, je me suis dit: c’est là ou jamais», résume-t-il. Encouragé par sa femme et sa fille, il n’a pas non plus hésité au moment de débourser les 450 $ requis aux fins d’inscription. «Cette ascension, c’est le défi de ma vie», souffle l’homme de 51 ans. Déjà, M. Lacasse s’entraîne à raison de trois fois par semaine, en plus de marcher, tous les week-ends, sur les pistes du mont Tremblant ou du mont Habitant.

Michel Ratté

Récemment installé à Mirabel, Michel Ratté travaille à titre de paramédic pour les Services préhospitaliers Laurentides-Lanaudière, depuis 2 ans et demi. En rémission depuis près de 20 ans (il a eu le cancer des ganglions à l’âge de 4 ans), il réalise aujourd’hui la chance qu’il a eue d’être diagnostiqué suffisamment tôt pour voir son cancer disparaître complètement. «Je me sens privilégié de n’avoir conservé aucune séquelle de ma maladie», souligne-t-il.

Gravir le Kilimandjaro au profit, de surcroît, de la Fondation de l’hôpital même qui a diagnostiqué sa maladie vient en quelque sorte boucler la boucle. «J’ai toujours rêvé de grimper le Kilimandjaro. Et je voulais le faire avant mes 25 ans. Mais je voulais surtout le faire pour une cause», ajoute celui qui soufflera justement ses 25 bougies moins de deux semaines après son retour d’Afrique, en novembre 2010.

11 jours dans les hauteurs

Au total, Alain Lacasse, Michel Ratté et tous les autres grimpeurs séjourneront 11 jours en altitude. Le voyage se fera en deux temps: d’abord quatre jours seront consacrés à l’ascension du mont Méru (4 500 m), puis sept autres à celle du Kilimandjaro (5 895 m).

Durant le voyage, les grimpeurs devront affronter plusieurs climats et des températures variant de 30 °C, au pied de la montagne, à quelque -25 °C au sommet. Bien qu’ils seront accompagnés de plusieurs sherpas (personnes transportant le matériel et les équipements), chaque grimpeur devra porter son propre sac à dos durant l’ascension, soit un poids d’environ 20 livres.

Rappelons que chaque grimpeur s’est, au préalable, engagé à amasser un minimum de 5 895 $ (soit l’équivalent de 1 $ par mètre d’altitude) en dons et commandites au profit de la Fondation, en plus de débourser lui-même les coûts reliés à son voyage. Pour encourager Alain Lacasse et Michel Ratté, visitez le [http://fhsj.wordpress.com]. Cliquez sous l’onglet , puis sur le grimpeur de votre choix.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top