- PUBLICITÉ -
À la conquête du titre de champion canadien

Photo Christian Asselin - Philippe Benoît, devant la Mini qu’il pilote en rallye.

Photo Christian Asselin - Philippe Benoît, au volant de sa Mini.

À la conquête du titre de champion canadien

Philippe Benoît entame sa 3e saison en rallye

Originaire de Saint-Eustache, mais aujourd’hui résidant de Mirabel, Philippe Benoît en est déjà à sa 3e saison en rallye automobile sur deux roues motrices. À bord de sa Mini, il vise rien de moins que le titre de champion canadien.

Originaire de Saint-Eustache, mais aujourd’hui résidant de Mirabel, Philippe Benoît en est déjà à sa 3e saison en rallye automobile sur deux roues motrices. À bord de sa Mini, il vise rien de moins que le titre de champion canadien.
Quatre rallyes nationaux sont à l’horaire de Philippe au cours de cette saison 2018. Au début de février, il en a complété un premier, celui de Perce-Neige où, après une journée complète passée en piste avec son coéquipier copilote, Jonathan Desgroseillers, il a terminé sur la 2e marche du podium. À ce rythme, ses chances d’atteindre son objectif sont excellentes.
«J’entrevois 2018 avec beaucoup d’optimisme. Nous voulons regagner les titres de champions de l’Est et de champions régionaux de l’Ontario, que nous avions remportés en 2016, mais en plus, on veut le championnat canadien», dit Philippe, qui participera donc aux quatre événements présentés dans l’Est.
«Mathématiquement, nous avons de bonnes chances puisqu’il n’y a que trois compétitions dans l’Ouest. Si nous voyons qu’il ne nous manque que quelques points pour être champions nationaux, il n’est pas exclu, dépendamment de notre budget, que nous nous rendions dans l’Ouest à la fin de la saison pour aller chercher ces points».
Une saison 2017 en dents de scie
Philippe Benoît voudra certainement rebondir après une saison 2017 qu’il préfère oublier, lui qui a été victime de trois abandons en huit courses, en plus d’avoir effectué son tout premier tonneau en piste. Heureusement, il s’en est sorti indemne, tout comme sa conjointe, qui prenait place à côté de lui pour la première fois, son coéquipier habituel ne pouvant être présent.
Après avoir terminé premier de l’Est à sa première saison en 2016, il s’attendait bien sûr à connaître plus de succès en 2017, mais ce n’est que partie remise, les problèmes importants sur sa Mini ayant été réglés.
«Nous avons fait beaucoup de travail sur notre véhicule. Au niveau de la suspension notamment, qui n’est plus du tout vulnérable. Au cours des trois derniers rallyes, incluant les deux derniers de 2017, tout s’est bien passé. C’est très encourageant pour la suite!»
Philippe se prépare maintenant à prendre le départ de trois autres rallyes, soit ceux de la Baie des Chaleurs, à la fin de juin, de Duhamel, au début de septembre, puis le Tall Pine, qui aura lieu à la mi-novembre en Ontario.
«L’année 2017 fut une période rude à passer, mais nous avons un plan et le travail semble payer. Ça nous permet d’être positifs», de dire Philippe Benoît qui songe, à plus long terme, joindre la série de rallyes disputée sur quatre roues motrices.
«Pendant qu’on roule à deux roues, a-t-il conclu, nous allons préparer notre voiture à quatre roues motrices. D’ici deux ou trois ans, nous aimerions faire la transition. C’est beaucoup plus rapide! C’est une évolution naturelle.»

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top