- PUBLICITÉ -
700 matchs et 300 points pour Pascal Dupuis

Pascal Dupuis est toujours passionné par son sport. On le voit ici avec son frère Martin, à gauche, et sa mère, Line Lépine, après la rencontre du 7 février dernier, au Centre Bell

700 matchs et 300 points pour Pascal Dupuis

Sans avoir été repêché

L'attaquant boisbriannais Pascal Dupuis n'a jamais été sélectionné par une formation de la Ligue Nationale de hockey. Ça ne l'a pas empêché d'y disputer 700 matchs, d'y récolter 300 points et de soulever la coupe Stanley.

Onze ans après avoir donné ses premiers coups de patins avec le Wild du Minnesota, Dupuis a atteint deux plateaux plutôt importants. Tout d’abord, le 16 décembre dernier, il jouait son 700e match dans la LNH en affrontant les Sénateurs d’Ottawa. La encontre s’est soldée par un revers de 6 à 4.

Une semaine plus tard, il obtenait son 300e point en carrière, dans un gain de 4 à 1 aux dépens des Jets de Winnipeg. Le hockeyeur de 32 ans a marqué le quatrième but des siens.

Depuis, il a disputé 24 parties et récolté huit points. «Au début de ma carrière, jamais je n’aurais cru disputer autant de rencontres, mais une chose que je savais, c’est que j’étais pour jouer au hockey pour gagner ma vie», mentionne-t-il.

Un parcours différent

Pascal Dupuis a principalement joué son hockey mineur avec les Seigneurs des Mille-Îles, à l’exception d’une saison passée dans l’uniforme des Sélects du Nord.

Il a ensuite porté les couleurs des Régents de Laval-Laurentides-Lanaudière dans le midget AAA, avant de faire le saut dans la LHJMQ, avec les Huskies de Rouyn-Noranda.

À 17 ans, année de sa première année d’éligibilité au repêchage, il s’est fracturé le péroné, si bien qu’il n’a disputé que 44 parties, récoltant 24 points.

Sans avoir été sélectionné, il a tout de même reçu une invitation au camp des Flames de Calgary, mais il n’était pas prêt. «Je n’avais pas joué depuis le mois de janvier, raconte-t-il. Je n’avais que la moitié d’un camp d’entraînement junior derrière la cravate. Je ne savais pas à quoi m’attendre ; ça m’a comme donné une claque. Les gars étaient en forme et savaient comment se préparer. Ils connaissaient tous les côtés de l’entraînement et de l’alimentation.»

À son retour, il a joué une demi-saison avec les Huskies, avant d’être échangé aux Cataractes. Le passage à Shawinigan serait significatif dans la vie du Boisbriannais puisqu’il y a rencontré sa conjointe, Carole-Lyne Hétu, avec qui il a aujourd’hui quatre enfants.

Il a évolué en Mauricie jusqu’à l’âge de 20 ans, avant de recevoir une autre invitation à un camp de la LNH, et ce fut le Wild du Minnesota qui lui a offert cette chance.

Il a signé un contrat comme agent libre, mais il a entamé sa saison dans la Ligue américaine. «J’ai mangé mon pain noir pendant les 10 premiers matchs, alors que je n’ai été habillé que trois fois. Il y a eu un blessé, je suis entré dans l’alignement et, à la moitié de la saison, je jouais sur une des deux premières lignes d’attaques, en plus d’avoir du temps de glace en avantage et en désavantage numérique. J’ai fini troisième meilleur marqueur de l’équipe.»

Enfin, la LNH

Il a été rappelé par le Wild, à la fin de l’année, et il n’a jamais redonné un coup de patin dans les mineures. À sa deuxième année sous la gouverne de Jacques Lemaire, il a connu sa meilleure saison, marquant 20 buts et récoltant 48 points. «Après il y a eu le lock-out et je me suis tiré dans le pied en faisant la grève pour signer un contrat», dit-il.

Il a joué avec quatre équipes en l’espace d’un an, passant du Wild aux Rangers de New York et aux Trashers d’Atlanta, avant de faire sa niche avec les Penguins de Pittsburgh, avec qui il a remporté la coupe Stanley.

En juin dernier, il a accepté un contrat de deux ans avant de devenir agent libre sans compensation. «J’aurais probablement obtenu plus d’argent sur le marché, mais je suis bien ici, indique-t-il. C’est le fun de se retrouver dans un marché de hockey. À Atlanta, on jouait devant des sièges vides. Ce n’est pas très motivant.»

Depuis la saison 2008-2009, Pascal Dupuis n’a raté que 13 parties en saison régulière, obtenant un total de 134 points.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top