- PUBLICITÉ -
Entête - Lettre Ouverte

Boisbriand: une démocratie en péril

La situation est grave et les citoyens doivent le savoir. La démocratie municipale à Boisbriand est en train de mourir. La mairesse, Marlène Cordato, s’accroche au pouvoir et tente de cacher le plus d’information possible aux citoyens et aux membres de l’opposition afin d’éviter de perdre sa place.

Depuis le début de la pandémie, le contrôle de l’information de la part de la mairesse justifie toutes nos inquiétudes, par exemple : une page Facebook ouverte seulement à ceux qui pensent comme Mme Cordato, des courriels envoyés qui ne reçoivent pas de réponse, des citoyens préoccupés par la pandémie qui se font dire de se mêler de leurs affaires et que tout est sous contrôle.

Avant la pandémie, un citoyen qui souhaitait poser une question au conseil de ville devait retourner à sa place avant que la mairesse ne lui réponde, dans le but d’empêcher tout dialogue. Depuis la pandémie de coronavirus, c’est pire. Les citoyens n’obtiennent plus aucune information et les questions posées durant le conseil de ville virtuel sont minutieusement sélectionnées.

À chaque mandat, Marlène Cordato a perdu des conseillers municipaux faisant partie de son équipe. Les raisons évoquées par les conseillers ont toujours été les mêmes : la mairesse ne partage pas l’information et n’est pas honnête dans sa gestion de la ville.

Au final, c’est le portefeuille des citoyens de Boisbriand qui en paie le prix, avec un compte de taxes qui monte à chaque année. L’information ne circule pas et plusieurs pensent que les décisions prises en silo par la mairesse coûtent très cher aux contribuables.

Après des années de corruption, c’est au tour de la démocratie municipale d’être bafouée dans notre ville. En 2021, il va falloir que les citoyens se lèvent et votent pour faire un grand ménage au sein de l’administration.

Aymeric St-Marseille
Fondateur, Coalition Boisbriand

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top