- PUBLICITÉ -
Entête - Lettre Ouverte

Ah! Cette jeunesse…

Pour une 42e fois, le 1er octobre dernier, les Québécoises et Québécois ont eu la responsabilité de choisir le parti politique qui pilotera notre belle province. Les années antérieures nous ont démontré que seulement 40% des 18-35 ans ont pris le temps de voter afin d’exprimer leur allégeance politique.

Pourquoi les jeunes ne s’intéressent-ils pas à la politique? Pourquoi les jeunes n’utilisent-ils pas leur droit de vote? Pourquoi la jeunesse n’est-elle pas informée des grands débats politiques? Toutes ces questions reviennent année après année et suscitent beaucoup de réactions. Une question intéressante se pose. Nos «ados» doivent-ils être guidés afin de se sentir davantage concernés par la politique?

En tant qu’enseignants d’Univers social, communément appelé les Sciences humaines,  nous nous sommes demandé comment pousser les jeunes à devenir de futurs citoyens intéressés, curieux et, surtout, impliqués. Les sciences humaines transmettent beaucoup plus que des dates, des pays ou encore des zones de végétation à connaître par cœur. Quelle est l’utilité de savoir que Christophe Colomb a découvert l’Amérique en 1534 lorsqu’on ignore qui est l’actuel Premier ministre du Québec?

L’Externat Sacré-Cœur de Rosemère et ses enseignants d’Univers social ont cru bon d’enrichir, pour quelques heures, les notions obligatoires demandées par le Gouvernement du Québec, afin de «jaser» politique avec tous les élèves de quatrième et cinquième secondaire. Il ne s’agissait pas ici d’influencer notre jeunesse, mais de l’informer des différentes plateformes politiques et des débats de société actuels. Malheureusement, la politique et la citoyenneté ne sont pas présentes dans le cursus scolaire des jeunes Québécois. Selon nous, les enseignants ont un rôle à jouer dans l’intérêt politique des jeunes à l’école.

À la suite à d’une courte formation, tous les élèves de quatrième et cinquième secondaire ont été appelés à se présenter aux urnes, fournies par le Directeur général des élections du Québec (Programme Électeurs en herbe). Sur l’heure du dîner, un vote symbolique a permis aux élèves de comprendre et de vivre les rouages d’une réelle élection. Coup de théâtre, plus de 80 % des élèves ont patiemment attendu afin de voter pour le parti politique les ayant le plus interpellés. Il est important d’ajouter qu’aucun point supplémentaire ou privilège n’ont été accordés aux participants. Ils ont tout simplement fait leur devoir de futur citoyen.

Bien que notre échantillon ne soit pas énorme et qu’il ne s’agisse ici que d’une poignée de jeunes (333 élèves), cette expérience démontre que l’intérêt politique peut se développer. Cependant, c’est à nous, les adultes, de semer cette curiosité intellectuelle chez les jeunes afin qu’ils deviennent des citoyens plus responsables et engagés.

 

La morale de cette histoire… Parlons avec notre jeunesse!

 

Guillaume Viens

Enseignant d’Univers social à l’Externat Sacré-Coeur

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top