- PUBLICITÉ -
Entête - Lettre Ouverte

Le «ça va bien aller» à l’environnement de l’Association québécoise Zéro Déchet

Cher Environnement, l’année 2020 n’aura pas été facile pour personne et certainement pas pour toi. Après plusieurs marches historiques pour le climat un peu partout dans le monde et plusieurs belles promesses en 2019, notre « Je me souviens » a la mémoire courte, car on est rapidement passés à autre chose, alors que l’Australie a brûlé et qu’une crise sanitaire sans précédent a pris toute la place dans les médias et s’est installée dans nos craintes collectives.

Bien que nous ayons reculé de 3 petites semaines le Jour du dépassement de la Terre, que le
télétravail, la fermeture de certaines usines et commerces aient fait diminuer la production de gaz à
effets de serre pour le Québec, tu le sais, comme nous, que ces effets ne sont que temporaires et
que l’urgence de prendre soin de toi persiste.

Certaines personnes ont profité de la pandémie pour revenir vers plus de simplicité, plus de “fait
maison”, plus de récupération. D’autres se sont intéressés aux paniers bio, à l’agriculture locale,
respectueuse de la Terre et au rythme régénérateur des saisons, qui ne permet pas de consommer
des fraises en hiver. Un autre mouvement s’est créé pour tenter de soutenir les petites entreprises
d’ici dans un contexte économique fragile et incertain. Cet engouement pour l’entraide, la
compassion et la patience pour les files d’attentes a placé l’être humain au coeur de discussions plus
que nécessaires. Nous avons aussi pris conscience que l’individualité d’un geste peut avoir des
répercussions bien plus grandes que soi, pour le meilleur et pour le pire, et que c’est ensemble
qu’on contribue au bien-être collectif. Ce temps d’arrêt imposé nous a permis d’entamer des
réflexions plus que pertinentes sur le fonctionnement de nos systèmes. S’arrêter nous permet de
prendre le temps d’observer. On devrait peut-être ralentir plus souvent.

On n’a pas beaucoup parlé de toi au début et tu as été maltraité par le retour en force du plastique à
usage unique, nouveau symbole de sécurité sanitaire pour plusieurs. S’en est suivie une série de
semaines d’isolement, un nombre triste de masques jetables au sol et les poubelles de la ville qui se
sont remplies de tasses à café jetables et autres emballages générés par les commandes en ligne.
Nos cerfs de Longueuil sont protégés, GNL Québec peut maintenant commencer, un cerf pour un
béluga, fair enough ? Vraiment, c’est comme si on reculait de plusieurs pas en arrière. Toi, tu ne peux
plus attendre. Tu as besoin qu’on s’occupe de toi pour pas que la 3e vague soit celle d’une
catastrophe climatique.

On a aussi beaucoup parlé de cette dette économique, mais la dette environnementale que nous
laissons aux générations futures, à nos jeunes si sensibilisés qui vivent déjà cette éco-anxiété, on en
fait quoi? Cette dette qui n’est pas remboursable et qui ne sera pas effacée qu’en plantant des
arbres et en faisant un semblant de recyclage.

Il faut revoir notre économie pour t’y mettre au centre. Pour atteindre de manière plus réaliste nos
objectifs de carboneutralité. Nous sommes déjà tellement loin de pouvoir atteindre le 37,5 % de
réduction des GES de 2030 et nous faisons du sur place depuis trop longtemps. Entre les belles
promesses gouvernementales, les conspirationnistes, le greenwashing et les commentaires sur les
réseaux sociaux, on peut comprendre que c’est une période difficile pour toi et pour l’espoir.
Le télétravail s’est imposé cette année, à ton grand plaisir. Les voitures restent stationnées et ça te
laisse respirer un peu. Plusieurs y ont pris goût et nous sommes d’avis que c’est un élément
intéressant de ce fameux équilibre que nous cherchons à instaurer. Ajoutons à cela l’interdiction
d’ici 2035 de la vente de voitures à essence et le co-voiturage, espérons que tout se tienne
ensemble.

Il n’y a pas que les grandes institutions qui peuvent te faire des promesses. Les citoyen.ne.s ont
aussi leur rôle à jouer dans ce grand nettoyage. Peut-être que ça commence avec des produits
ménagers plus naturels et doux pour tes nappes phréatiques? Ou avant que cela devienne
obligatoire l’année prochaine, les gens penseront peut-être déjà à traîner leurs sacs et bouteilles
d’eau réutilisables? Il y a aussi le refus des consommateurs.trices pour les pailles, les ustensiles en
plastique, les baguettes jetables, les sacs pour vos fruits et légumes et tellement plus.

Qu’est-ce qu’on te souhaite vraiment pour 2021?

On te souhaite que les gouvernements du monde entier investissent là où c’est nécessaire pour ta
santé et que leurs paroles ne restent pas en l’air, que des espaces urbains soient de plus en plus
aménagés pour prendre soin de toi, que les 5R deviennent un incontournable dans l’esprit de
chacun d’entre nous, que le modèle de l’agriculture maraîchère et biologique qui prend soin de tes
sols se répande partout, qu’on continue d’encourager l’économie d’ici qui prend soin de nous, mais
de toi aussi. On te souhaite qu’on bannisse pour toujours le plastique à usage unique qui pourrit tes
racines, que les citoyens.ne.s exercent leur droit et entament la conversation avec les commerçants
pour faire avancer les choses dans ta direction, que les cyclistes soient de plus en plus nombreux à
respirer ton air frais, que le télétravail soit roi et qu’on te laisse tranquille un peu, que tu sois invité à
tous les repas du monde, qu’on passe à l’action pour toi et peut-être, qu’on retourne dans la rue
pour se rappeler combien nous étions nombreux à manifester pour toi…

On parle beaucoup de résilience ces temps-ci. On n’est pas parfaits, mais on s’engage à faire mieux.
À sensibiliser, transmettre, écouter, supporter, suggérer, encourager la communauté zéro déchet
qui gravite autour de nous.

Cher Environnement, on te souhaite une bonne année 2021, on l’espère,

L’Association québécoise Zéro Déchet

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top