- PUBLICITÉ -
Entête - Lettre Ouverte

La Ville de Sainte-Anne-des-Plaines réclame une réduction de sa facture de police

J’ai rédigé au nom de la Ville un mémoire dans le cadre de la Réflexion sur la réalité policière au Québec commandée par la ministre de la Sécurité publique, Mme Geneviève Guilbault.

Endossé par le Conseil de ville, ce mémoire présente quatre recommandations :

-Baisser l’exigence d’offrir un service de niveau 2 comme pour toutes les municipalités de moins de 100 000 habitants et même pour celles de la CMM.

-S’assurer que ces villes ont les mêmes avantages financiers que celles desservies par la Sureté du Québec.

-Maintenir la pérennité du programme d’appui financier.

-S’assurer de maintenir l’équité pour toutes les villes du Québec.

En effet, selon une étude de la CMM, si Sainte-Anne-des-Plaines en 2019 avait reçu le même traitement que les villes couvertes par la Sureté du Québec, il en aurait coûté 1 728 167 $ de moins sur une facture de 3 354 666 $. Cela représente plus de 50 % de la facture ou encore environ 250 $ d’économie pour chaque foyer; ce n’est pas rien. À titre d’exemple, le coût du service de police qui était en 2019 de 234 $ par citoyen anneplainois alors que c’était 117 $ pour Sainte-Sophie et 105 $ pour Saint-Lin.

Ce n’est pas parce que nous ne sommes pas satisfaits de la qualité du service offert par la police de Terrebonne, mais bien plutôt parce que plusieurs grandes villes du Québec comme Drummondville, Saint-Hyacinthe et même Vaudreuil-Dorion, qui fait partie de la CMM, ont droit à du support financier, mais pas nous.

Comme tous les Québécois sont imposés selon des taux identiques, nous trouvons aberrant que les Anneplainois paient le gros prix pour leur service de police et qu’en plus, ils subventionnent à travers leurs impôts les services policiers des autres villes.

C’est une simple question d’équité!

 

Julie Boivin
Vice-mairesse de Sainte-Anne-des-Plaines
26 octobre 2020

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top